NOUVELLES

Un autre voisin de Pistorius témoigne à son procès pour meurtre

06/05/2014 10:42 EDT | Actualisé 06/07/2014 05:12 EDT

PRETORIA, Afrique du Sud - Un homme qui habite près de la maison où Oscar Pistorius a abattu sa petite amie l'an dernier a raconté mardi, lors du procès pour meurtre de l'athlète paralympique, avoir entendu un homme crier et avoir alors appelé la sécurité de leur ensemble résidentiel.

Michael Nhlengethwa avait été convoqué à témoigner par les avocats de Pistorius, qui affirment que leur client a tué Reeva Steenkamp par erreur en croyant avoir affaire à un cambrioleur qui venait de s'introduire dans sa salle de bain. Les procureurs prétendent plutôt qu'il a tué Mme Steenkamp volontairement, au terme d'une querelle.

Pistorius a tiré quatre balles dans la porte fermée de sa salle de bain, atteignant Mme Steenkamp au bras, à la hanche et à la tête.

M. Nhlengethwa a raconté avoir été réveillé par sa femme qui avait entendu un bruit sourd, mais qu'il n'a pas lui-même entendu de coups de feu. Il a dit avoir ensuite entendu un homme crier d'une voix aiguë qu'il avait besoin d'une aide médicale d'urgence. M. Nhlengethwa n'a pas entendu clairement ce que disait l'homme, mais il a entendu les mots: «Non, s'il-vous-plaît, s'il-vous-plaît, non».

La fenêtre de la chambre à coucher du témoin se trouve à environ 25 mètres du balcon de la chambre à coucher de Pistorius, soit plus près que les voisins appelés par les procureurs et qui disent avoir entendu une femme hurler le soir du meurtre.

La défense a tenté de présenter M. Nhlengethwa comme un témoin plus fiable en ce qui concerne les événements du 14 février 2013, en raison de sa proximité de la villa de Pistorius. Un autre voisin qui a raconté avoir entendu les cris «terrifiants» d'une femme habite à près de 200 mètres de la maison de l'athlète.

La fin de l'audience de mardi a été marquée par un événement étrange, quand Pistorius a été accusé d'avoir fait un commentaire «sinistre» à une amie de Reeva Steenkamp.

L'avocat de Kim Myers affirme que Pistorius s'est approché de sa cliente et lui a lancé «Comment peux-tu dormir la nuit?» sur un ton sinistre. Un journaliste prétend avoir lui aussi entendu le commentaire de Pistorius, mais l'athlète nie tout.

PLUS:pc