NOUVELLES

BRP va investir 55 millions $ afin de construire une troisième usine au Mexique

06/05/2014 01:37 EDT | Actualisé 06/07/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le fabricant de motoneiges et de véhicules tout-terrain BRP (TSX:DOO) accentue son empreinte au Mexique en investissant 55 millions $ afin de construire une troisième usine dans ce pays.

L'ancienne division des produits récréatifs de Bombardier croit que cette nouvelle usine devrait lui permettre d'élargir son offre de produits Can-Am hors route et de satisfaire à la demande future.

«Nous investissons (...) pour répondre à une demande croissante et éventuellement pénétrer de nouveaux segments de véhicules hors route», a souligné mardi le président et chef de la direction de BRP, José Boisjoli.

La construction de l'usine d'une superficie de 46 000 mètres carrés, près d'installations existantes à Juarez, doit commencer l'an prochain, les travaux devant être complétés à la fin de 2017.

«Cet investissement nous permettra aussi (...) d'avoir l'espace nécessaire afin de ramener à l'interne certaines opérations qu sont actuellement sous-traitées», a précisé M. Boisjoli.

L'usine comptera 900 employés permanents. Les principales installations de BRP à Juarez emploient 1600 personnes, tandis que les effectifs de l'usine de Queretaro devraient passer de 600 à 1000 travailleurs d'ici septembre.

«L'emplacement était un choix logique puisque nous avons déjà une usine à Juarez, a expliqué le vice-président des opérations au Mexique de BRP, Sylvain Blanchette. Les deux usines seront géographiquement proches l'une de l'autre.»

Depuis son arrivée au Mexique, en 2001, BRP n'a cessé d'accroître sa présence dans ce pays où les salaires sont peu élevés. À terme, 3500 personnes, ou 40 pour cent de ses 8400 employés, seront établies au Mexique.

En 2007, la société établie à Valcourt, en Estrie, avait transféré sa production de véhicules tout-terrain à Juarez. Sa production de motomarines devrait quitter le Québec vers le Mexique à compter de l'an prochain, une décision qui devrait toucher environ 500 personnes.

D'après Benoit Poirer, de Valeurs mobilières Desjardins, l'investissement devrait permettre à BRP de profiter de l'essor du marché des véhicules tout-terrain et côte à côte.

«Nous sommes confiants de voir l'entreprise accroître sa part de marché dans ces deux segments», écrit l'analyste dans un rapport envoyé par courriel.

M. Poirier s'attend à ce que BRP aille de l'avant avec un modèle de véhicule récréatif à banquette, un segment qui pourrait générer des revenus annuels pouvant atteindre 90 millions $ US si la part de marché de l'entreprise est d'au moins 15 pour cent.

«BRP solidifie aussi sa position dans un marché où les coûts sont faibles, ce qui devrait profiter à ses marges», affirme l'analyste, faisant référence au salaire horaire minium en-deçà de 5 $ US au Mexique.

Selon M. Poirier, l'entreprise québécoise devrait bénéficier d'un avantage par rapport à ses concurrents. Seulement huit pour cent des employés de Polaris se trouvent dans des juridictions comme le Mexique.

D'après lui, le Mexique devrait à terme représenter 62 pour cent de la production des produits du secteur des sports motorisés de BRP, comparativement à 53 pour cent actuellement.

Une porte-parole de l'entreprise a assuré que la nouvelle usine au Mexique n'aurait pas de répercussions au Québec, où sont assemblés les motoneiges Ski-Doo et les véhicules Spyder.

«Le développement des produits va continuer de se faire à Valcourt même si notre capacité de production augmente au Mexique», a expliqué Johanne Denault.

BRP emploie 4900 personnes à l'extérieur du Mexique, dont 2800 au Canada et 2100 en Autriche, aux États-Unis et en Finlande. Ses ventes annuelles dépassent 3 milliards $ en provenance de 105 pays.

En après-midi, à la Bourse de Toronto, l'action de BRP gagnait 27 cents et se transigeait à 29,56 $.

PLUS:pc