NOUVELLES

Ban Ki-moon visite le Soudan du Sud et lance un appel à la paix

06/05/2014 11:07 EDT | Actualisé 06/07/2014 05:12 EDT

DJOUBA, Soudan du Sud - Les leaders des deux factions sud-soudanaises en guerre devraient se rencontrer cette semaine, a dit mardi le secrétaire-général des Nations unies Ban Ki-moon à l'occasion d'une visite dans ce pays.

M. Ban a ajouté que le président Salva Kiir et l'ancien vice-président Riek Machar — le leader des rebelles — lui ont tous deux dit avoir l'intention de se trouver en Éthiopie cette semaine. La rencontre se déroulera en présence du premier ministre éthiopien, qui a accepté d'agir comme médiateur.

Une rencontre en personne entre les deux protagonistes représenterait le progrès le plus important à survenir depuis que les combats ont éclaté en décembre. Le secrétaire d'État américain John Kerry avait lui aussi réclamé une rencontre entre les deux hommes, lors d'un arrêt au Soudan du Sud il y a quelques jours.

Des milliers de personnes ont perdu la vie depuis le début des violences, qui se font de plus en plus ethniques. Plus de 1,3 million de personnes ont été chassées de chez elles, et les travailleurs humanitaires craignent une famine si les habitants sont incapables d'ensemencer leurs récoltes ce mois-ci.

«Les combats doivent cesser. Il y a déjà eu de nombreux dégâts. Il faudra peut-être beaucoup de temps pour guérir, a prévenu M. Ban. Les leaders du pays doivent fermer les plaies qu'ils ont ouvert. Ils doivent appuyer la justice et la responsabilité pour les crimes commis, et ils doivent intervenir pour s'attaquer aux racines du conflit. Il faudra du courage et de la sagesse.»

M. Ban a visité un camp de réfugiés à Djouba et s'est entretenu avec les résidants. Il a dit que ce qu'il a vu l'a à la fois peiné et enragé. «Les gens ne devraient pas avoir à vivre dans de telles conditions en craignant pour leurs vies», a-t-il dit.

M. Kiir, qui se tenait aux côtés de M. Ban, a annoncé son intention de rencontrer M. Machar à Addis Abeba. M. Ban s'est entretenu par téléphone avec le chef rebelle, qui lui a dit qu'il fera de son mieux pour arriver en Éthiopie d'ici à vendredi.

Plusieurs réfugiés ont fui vers l'ouest de l'Éthiopie. Quelque 11 000 personnes sont arrivées depuis trois jours dans la ville éthiopienne de Burubley, après avoir traversé la rivière Baro, selon un porte-parole de l'agence onusienne des réfugiés.

D'autres réfugiés se massent en sol sud-soudanais, de l'autre côté de la frontière, et attendent de traverser.

De son côté, l'agence humanitaire Oxfam a prévenu mardi que des millions de gens seront menacés par la famine au cours des prochains mois, si les combats ne prennent pas rapidement fin.

PLUS:pc