Huffpost Canada Quebec qc

«Anticosti : la chasse au pétrole extrême», un premier documentaire pour Dominic Champagne

Publication: Mis à jour:
DOMINIC CHAMPAGNE
Crédit: Les Productions du Rapide Blanc | Les Productions du Rapide Blanc
Imprimer

Pour son premier documentaire, Anticosti : la chasse au pétrole extrême, l’auteur et metteur en scène Dominic Champagne est parti caméra à l’épaule sur l’île d’Anticosti en croisade contre les visées de l’industrie pétrolière. Rencontre.

Il y a ces magnifiques images filmées montrant la paisible Anticosti comme une sorte de paradis naturel. Un éden de forêts vierges et de rivières aux eaux cristallines posé sur le golfe du Saint-Laurent.

Mais, les choses risquent bientôt de changer, car la plus grande île du Québec où résident plus d’une centaine d’habitants entourés de milliers de cerfs de Virginie dissimulerait sous son sol une manne de plusieurs milliards de dollars.

Flairant le jackpot, l’ancien gouvernement Marois a d’ailleurs annoncé une aide de 155 millions de dollars aux pétrolières désireuses d’aller pomper tout ce potentiel qui s’élèverait à 45 milliards de retombées économiques. Mais pour Dominic Champagne, ce pétrole est un cadeau empoisonné.

«Le discours officiel nous fait miroiter la prospérité, déclare-t-il en entrevue au Huffington Post Québec. Mais de quelle prospérité parle-t-on au juste? À l’heure actuelle, cette fameuse prospérité ne concerne pas la société, mais plutôt une petite élite financière.»

Pour Champagne, Anticosti est d’abord un symbole. «J’ai fait le film de bonne foi et de manière bénévole. Notre époque est marquée par des changements environnementaux qui sont dû en grande partie aux effets de notre consommation de pétrole. Tous les rapports scientifiques le répètent, même la NASA l’a affirmé dernièrement, on est arrivé à un moment critique et si l’on continue à faire usage des ressources naturelles tel qu’on le fait, dans 50 ans, notre civilisation va s’effondrer.»

Or, ce qui se passe sur l’île est selon lui la preuve que les politiques et l’industrie pétrolière ont loin d’avoir comme priorité la protection de la nature. «Ils ne demandent l’avis à personne. Depuis deux ans, aucun membre de la classe politique ne s’est rendu là-bas. Ils sortent la carte de l’emploi et de la richesse sans nous dire les conséquences écologiques qu’entraînerait l’exploitation. Je crois qu’il reste encore à prouver s’il est raisonnable et viable d’aller exploiter le pétrole à Anticosti dans un contexte de changement climatique. Un débat est nécessaire.»

Surtout qu’il s’agit de pétrole de schiste, dont l’exploitation par fracturation hydraulique est une technique dénoncée dans le documentaire comme étant extrêmement polluante. Du Dakota du Nord en plein boom énergétique au nord de l’Alberta, les images dévoilent des catastrophes écologiques d’envergures. «C’est un véritable massacre de l’environnement avec des conséquences irréversibles.»

Notre dépendance à l’or noir

Dominic Champagne est allé avec son fils trois fois rencontrer les habitants de l’île. Il découvre alors des Anticostiens divisés et partagés sur la question. «Quand j’ai amorcé le projet, j’avais le sentiment que j’allais prêter main forte à des gens que je sentais menacés, mais dont j’ignorais à peu près tout. J’ai découvert des réalités qui ont confronté mes certitudes. Ils sont attachés à leur coin de pays, mais pour l’instant, le seul avenir qu’on leur propose est celui de l’industrie pétrolière. Et puis, cette communauté qui souffre d’un exode énorme a aussi besoin de travailler et de vivre.»

Le metteur en scène l’avoue, rien n’est blanc ou noir. Pourtant, il garde la certitude que cette dépendance au pétrole reste un leurre. «Nos téléphones, nos habits, mille et une choses sont faits avec du pétrole. Ce serait malhonnête de dire qu’on n’a pas besoin de cette ressource. Mais notre dépendance est mortifère. Nous devons nous en éloigner le plus possible. Comme les Danois et les Suédois ont su le faire, les Québécois doivent à leur tour se doter d’un plan de sortie ou d’éloignement du pétrole au maximum.»

Et pour y arriver, Champagne croit qu’il faudra pour cela défier les gouvernements. «La classe politique ne travaille plus pour les citoyens. C’est maintenant à eux de faire entendre leur voix en mettant les politiciens sous surveillance. Je garde de l’espoir, parce que ces derniers temps, on remarque une conjonction entre les scientifiques et les citoyens pour faire entendre une évidence : s’éloigner du pétrole, c’est se rapprocher du bonheur commun.»

Anticosti : La chasse au pétrole extrême – Les Productions du Rapide Blanc – Documentaire – 81 minutes – Sortie en salles le 05 mai 2014 – Québec.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Photos de l’île d'Anticosti (tirées du documentaire de Dominic Champagne)
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction