NOUVELLES

Baisse des accidents causés par un virage à droite au feu rouge

28/04/2014 10:22 EDT | Actualisé 28/04/2014 10:30 EDT
Shutterstock / Patricia Hofmeester

Dix ans après l'autorisation du virage à droite au feu rouge (VDFR) au Québec (sauf sur l'île de Montréal), les données du ministère des Transports du Québec indiquent une baisse marquée du nombre d'accidents dans les dernières années.

Un reportage de Philippe Marcoux

Premier constat, le nombre d'accidents liés au VDFR et ayant causé des blessures graves ou légères est en baisse depuis 2009, particulièrement entre 2011 et 2012.

Pendant la même période (2009-2012), le nombre de constats d'infraction émis par les policiers du Québec pour avoir omis un arrêt avant d'effectuer un virage à droite au feu rouge a augmenté de manière constante. Il a même presque doublé entre 2009 et 2012 en Montérégie, passant de 297 à 553.

La surveillance policière dans la balance

Le président de la Table québécoise de la sécurité routière, Jean-Marie De Koninck, croit que ces deux séries de chiffres sont intimement reliées puisqu'une meilleure surveillance policière a un effet dissuasif sur les automobilistes.

Selon lui, il est aussi normal que plus les gens entendent parler de la façon de faire un virage à droite au feu rouge, plus ils s'habituent à le faire correctement. Un phénomène qui est aussi vrai chez les piétons. Eux aussi sont plus conscients de la possibilité que les automobilistes fassent ce genre de virage, croit-il.

« Ce qui s'est amélioré beaucoup ces dernières années, c'est le partage de la route. Je pense que de plus en plus, les automobilistes s'aperçoivent que les piétons, oui, ils ont le droit d'emprunter la voie publique. Et les piétons, ils se rendent compte qu'il ne faut pas qu'ils se mettent dans des situations très vulnérables. » — Jean-Marie De Koninck

La Table québécoise de la sécurité routière ne s'oppose d'ailleurs pas au virage à droite au feu rouge. Dans un rapport publié en novembre 2013, l'organisme, dont le mandat est de faire des recommandations pour améliorer le bilan des accidents routiers au Québec, recommandait simplement que les municipalités continuent de suivre de près l'évolution des statistiques sur le VDFR.

Le document conseillait aussi de revoir la liste des feux où ce virage est interdit en mettant l'accent sur la sécurité des usagers vulnérables. Ceci pourrait par exemple vouloir dire qu'il faudrait interdire le VDFR aux abords d'une résidence pour personnes âgées.

Pour ce qui est d'introduire le VDFR sur l'île de Montréal, le responsable des transports au comité exécutif de la Ville de Montréal, Aref Salem, affirme que ce dossier ne fait tout simplement pas partie des priorités de l'administration Coderre. Il dit n'avoir reçu aucune demande des citoyens à ce sujet là, pour ou contre le VDFR.

INOLTRE SU HUFFPOST

Future Cars