NOUVELLES

Métro de Montréal: une première voiture Azur livrée à la STM

28/04/2014 12:56 EDT | Actualisé 28/06/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - La Société de transport de Montréal (STM) a reçu lundi sa première voiture de métro Azur, ce qui lui permettra prochainement de débuter ses essais au moment où certaines caractéristiques de ces nouveaux wagons continuent de soulever des questions.

Son président du conseil d'administration, Philippe Schnobb, ignore toujours si ces nouvelles voitures, plus lourdes, consommeront davantage d'électricité que les wagons MR-63 datant de 1966. Le poids des nouveaux trains devrait atteindre 239 tonnes, soit 13 tonnes de plus que les trains actuels.

«Est-ce que c'est plus ou moins? C'est théorique tout ça. On va le savoir lorsque nous allons les tester», a-t-il dit lors d'une mêlée de presse aux côtés du nouveau ministre des Transports, Robert Poëti, ainsi que du maire de Montréal, Denis Coderre.

Les nouvelles voitures du métro devraient permettre d'accueillir 1068 passagers par rapport à 990 pour celles actuellement utilisées, ce qui pourrait rendre les nouveaux wagons plus gourmands en électricité.

«C'est certain qu'elles vont transporter davantage de clients, donc, nécessairement, il va y avoir une charge différente, a souligné M. Schnobb. Nous ne sommes toutefois pas encore en mesure de dire qu'elle sera cette différence.»

D'autres voitures seront livrées quotidiennement à la STM, qui assemblera son premier train au cours des prochains jours, avant de débuter la période d'essais qui doit durer huit mois.

Les premiers tests se feront graduellement, durant la nuit, sur la ligne orange, avant de s'étendre sur le reste du réseau de la STM. Différents scénarios, soit d'un train vide à un train chargé à pleine capacité, seront mis de l'avant.

M. Schnobb s'est également montré rassurant quant au limage effectué sur 200 mètres de tunnels en rappelant que le réseau montréalais du métro compte 71 kilomètres.

«Ce n'était pas des modifications parce que le train ne passait pas, a souligné le dirigeant de la STM. C'était dans des conditions exceptionnelles où, s'il y avait eu un problème avec le système pneumatique, doublé d'une crevaison, il y aurait pu y avoir un problème.»

De son côté, le maire de Montréal a souligné qu'après 50 ans avec les veilles voitures, les clients de la STM méritaient d'être «gâtés», notamment avec des voitures qui devraient permettre aux usagers d'avoir accès à Internet.

«C'est sûr que si nous voulons qu'il y ait davantage (d'usagers) du transport collectif, on doit s'assurer qu'il y ait plus d'efficacité», a également dit M. Coderre, ajoutant que les voitures Azur devraient être plus fiables que les wagons actuels.

Les 468 nouvelles voitures Azur doivent être livrées d'ici la fin de 2018 par le consortium formé par Bombardier et la société française Alstom qui avait obtenu le contrat de 1,2 milliard $ entre autres pour la production.

Une somme identique a également été consacrée aux modifications de certaines infrastructures de la STM ainsi qu'à la formation du personnel, a expliqué M. Schnobb, qui assure que le budget est actuellement respecté.

Le gouvernement du Québec défraie 75 pour cent du contrat de 2,4 milliards $ pour les nouvelles voitures du métro de Montréal.

Ligne bleue: une priorité, mais pas d'échéancier

Malgré l'état actuel des finances publiques, le prolongement vers l'est de la ligne bleue du métro figure dans les priorités du gouvernement Couillard, a assuré M. Poëti, qui s'est toutefois gardé de révéler un échéancier dans ce dossier.

Le gouvernement précédent avait pour ambition de prolonger le tronçon de la ligne bleue de 6,6, kilomètres vers l'est an ajoutant cinq stations de métro afin d'offrir le service jusqu'à l'arrondissement Anjou.

Puisque la construction d'un kilomètre de tunnel oscille entre 250 et 300 millions $, l'ex-ministre des Transports, Sylvain Gaudreault, n'avait pas écarté que la facture du projet atteigne au moins 1,5 milliard $.

«Les analyses ont été faites, et, dans l'ensemble du contexte financier, il faut l'évaluer, s'est contenté de dire M. Poëti, également ministre responsable de Montréal. C'est (le métro) une priorité pour les infrastructures de la métropole.»

PLUS:pc