NOUVELLES

Les fouilles pour retrouver le Boeing malaisien disparu sont élargies

28/04/2014 09:50 EDT | Actualisé 28/06/2014 05:12 EDT

CANBERRA, Australie - Les fouilles sous-marines pour retrouver le Boeing malaisien disparu seront élargies pour englober un vaste secteur du plancher océanique dont la cartographie pourrait ne pas être complétée avant huit mois, a indiqué lundi le premier ministre australien.

Les opérations aériennes menées depuis six semaines pour retrouver des débris du vol MH370 ont aussi officiellement pris fin lundi.

«Il est maintenant très improbable que nous retrouvions des débris à la surface de l'océan. À ce moment, 52 jours après le début des recherches, la plupart des débris se seraient engorgés d'eau et auraient coulé, a dit le premier ministre Tony Abbott. Conséquemment, nous passons de la phase actuelle à une phase qui portera sur une fouille beaucoup plus vaste du fond marin.»

Le véhicule sous-marin robotisé Bluefin-21 de la marine américaine a déjà scruté un secteur de 400 kilomètres carrés, sans rien trouver. Les responsables pourraient avoir recours à de nouveaux équipements capables de fouiller un secteur plus vaste, a ajouté M. Abbott.

Les équipes s'attaqueront maintenant à la totalité de la zone dans laquelle l'avion pourrait être tombé, qui couvre une superficie de 700 kilomètres par 80 kilomètres — une tâche herculéenne qui prendra du temps, a prévenu le directeur australien des opérations de recherche, Angus Houston.

«Si tout se déroule parfaitement, je crois que nous pourrons être satisfaits si nous terminons en huit mois», a dit M. Houston, tout en précisant que des questions techniques et météorologiques pourraient prolonger l'opération.

Les responsables australiens communiqueront avec des entreprises privées pour obtenir de nouveaux sonars qui peuvent être remorqués derrière un navire.

M. Abbott a prévenu qu'il pourrait falloir plusieurs semaines avant d'organiser la prochaine phase des recherches, mais que le Bluefin-21 poursuivra ses fouilles pendant ce temps.

Chaque pays qui participe aux recherches épongeait jusqu'à présent ses propres coûts. M. Abott a indiqué que l'Australie demandera maintenant l'aide financière des autres nations pour défrayer le coût des nouveaux équipements.

Il y a deux semaines, M. Abbott avait déclaré que les responsables étaient «très confiants» qu'une succession de signaux détectés sous l'eau provenait des enregistreurs de bord du vol MH370. Lundi, il a déclaré être toujours «raisonnablement confiant» — tout en admettant que ces signaux n'étaient possiblement qu'un autre cul-de-sac.

«Nous sommes mystifiés et déçus de ne pas avoir trouvé d'épave sous l'eau en fonction de ces signaux, et c'est pourquoi nous continuons à déployer le Bluefin-21 — parce que c'est la meilleure information dont nous disposons, a dit le premier ministre australien. Ce sera peut-être une fausse piste, mais c'est néanmoins la meilleure que nous ayons.»

M. Abbott a ensuite concédé qu'il est possible qu'aucun débris de l'appareil ne soit jamais retrouvé.

«Bien évidemment que c'est possible, mais ce serait une issue terrible parce que ça laisserait les familles dans l'incertitude pour toujours, a-t-il dit. L'avion ne peut simplement pas disparaître — il doit être quelque part — et nous ferons tout en notre pouvoir (pour le trouver) parce que nous ne voulons pas que ce nuage d'incertitude pèse sur les familles.»

Le Boeing 777 et les 239 personnes qui se trouvaient à bord se sont volatilisés le 8 mars lors d'un vol entre Kuala Lumpur et Pékin.

PLUS:pc