NOUVELLES

La Pocatière: Bombardier devrait bientôt commencer à rappeler des employés

28/04/2014 02:05 EDT | Actualisé 28/06/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - L'attente tire à sa fin pour les quelque 150 employés de La Pocatière mis à pied l'automne dernier par Bombardier (TSX:BBD.B) puisque les premiers rappels devraient s'effectuer à compter de la période estivale.

C'est la production des nouvelles voitures pour le contrat du métro de Montréal — dont les dernières composantes doivent être livrées à l'automne 2018 — qui est à l'origine de ce besoin de main-d'oeuvre.

«Une bonne partie de ces gens (mis à pied) seront rappelés graduellement à compter du mois de juin», a indiqué le directeur général de l'usine de La Pocatière, Sébastien Ross, lundi, à l'occasion du début de la livraison des voitures Azur à la Société de transport de Montréal.

Les 468 nouvelles voitures doivent être livrées d'ici la fin de 2018 par le consortium formé par Bombardier et la société française Alstom qui avait obtenu le contrat de 1,2 milliard $ entre autres pour la production.

La fin d'un contrat avec l'État du Maryland pour la livraison de 54 voitures multiniveau destinées aux trains de banlieue avait incité l'entreprise québécoise à mettre à pied près du quart de ses 600 employés de l'usine de La Pocatière.

Dès l'annonce des mises à pied, en novembre dernier, l'entreprise québécoise s'était montrée confiante de rappeler la totalité des 150 personnes touchées d'ici la fin de 2014.

Si le contrat de la STM devrait apporter son lot de travail, M. Ross n'a pas caché que l'application plus rigoureuse de la clause «Buy American» aux États-Unis pourrait rendre la vie plus difficile à l'usine de La Pocatière en ce qui a trait aux contrats américains.

«Une voiture américaine complète (construite) au Québec, on ne peut pas faire ça, a indiqué M. Ross au cours d'un bref entretien. Ça rend la chose de plus en plus difficile d'avoir des contrats américains.»

Une commande estimée à 639 millions $ reçue par Bombardier en début d'année de la part d'une société de transport de la baie de San Francisco pour 365 voitures supplémentaires de transport sur rail illustre bien cette situation.

Ces nouvelles voitures, commandées en vertu d'un contrat signé en juin 2012, seront assemblées au centre de production de matériel roulant de Bombardier situé à Plattsburgh, dans l'État de New York.

D'après M. Ross, l'usine de Bombardier dans le Bas-Saint-Laurent devra développer une expertise dans certains domaines, comme la fabrication de certaines composantes envoyées aux installations américaines de l'entreprise à Plattsburgh.

«Avec le Maryland, on faisait la caisse en acier inoxydable (...) avant de la transférer à notre usine de Plattsburgh pour compléter la finition, a-t-il imagé. On peut encore en faire (des contrats américains), mais ça va être un peu comme celui du Maryland.»

Il croit que le contrat du métro de Montréal devrait permettre aux travailleurs de La Pocatière de se trouver une niche spécialisée.

«C'est la deuxième voiture que nous faisons en utilisant la soudure laser, a expliqué M. Ross. Nous faisons aussi le métro de Toronto de cette façon. Ça nous permet de parfaire notre connaissance de cette soudure plus efficace et esthétique.»

Selon lui, ce procédé consiste à utiliser un faisceau laser pour «coller» de la tôle plutôt que d'appliquer la méthode «traditionnelle» de soudure par point.

L'action de Bombardier a avancé lundi de 4 cents à la Bourse de Toronto, où elle a clôturé à 4,13 $.

PLUS:pc