NOUVELLES

Fair-play financier: d'Arsenal à l'Inter, bons et mauvais élèves

28/04/2014 06:24 EDT | Actualisé 28/06/2014 05:12 EDT

Les premières sanctions du fair-play financier ne sont pas encore annoncées mais la presse européenne a déjà choisi ses cibles, pointant du doigt les présumés bons élèves, comme Arsenal, et mauvais, comme Manchester City ou l'Inter Milan.

Tour d'horizon en Angleterre, Espagne, Italie et France, quatre pays où des questions se posent, contrairement à l'Allemagne, où les grands clubs sont loués pour leurs finances équilibrées, comme le Bayern Munich ou Dortmund.

Angleterre: City dans le viseur ?

Pour la presse anglaise, Chelsea, Liverpool et surtout Manchester City sont les plus menacés.

Pour faire simple, City achète cher et massivement (94,7 M EUR l'été 2011, 81,9 M EUR l'été 2012) et libère gratuitement tout aussi facilement quelques mois ou années plus tard pour faire de la place à de nouvelles stars. Selon la presse anglaise, les experts indépendants du fair-play financier (FPF) s'interrogent sur l'estimation du contrat avec Etihad, le sponsor du stade qui s'est engagé pour dix ans contre 485 M EUR. Cheikh Mansour, patron de City, et la compagnie aérienne des Emirats pourraient être considérés comme des parties liées et en pâtir.

Liverpool a enchaîné de mauvaises saisons sans pouvoir se qualifier en C1, a également acheté cher beaucoup de joueurs qui n'ont pas donné satisfaction et n'a pas réussi à bien vendre ses produits phares.

Après des années passées à dépenser à fonds perdus, Chelsea clame qu'il est devenu un bon élève. Les Blues ont diminué leur masse salariale et affirment que 19,4 M EUR sur les 60 de pertes de la dernière saison ne rentrent pas stricto senso dans le FPF. Mais qu'en pensent les experts ?

Manchester United a exploré avec succès de nombreuses voies très rémunératrices dans le marketing et les produits dérivés, notamment en Asie. Bien tenu et bien géré, Arsenal ne semble pas non plus menacé.

France: Le PSG fait parler

Le Paris SG a dépensé plus de 380 millions d'euros en transferts depuis qu'il est passé sous propriété des Qataris à l'été 2011.

Le point qui pourrait placer le PSG en infraction avec le FPF est que son propriétaire, Qatar Sport Investments (QSI), justifie ses revenus par un contrat de sponsoring avec l'autorité du tourisme du Qatar (QTA), sur la base d'environ 200 M EUR par an. L'argument défendu par QSI est que le club assure la promotion du pays.

Problème: et si les experts de l'ICFC jugent que les 200 M EUR ne reflètent en rien la valeur du marché ?

L'autre nouvelle puissance financière en France, Monaco, aux mains du milliardaire russe Dmitry Rybolovlev, n'est pas pour l'heure concernée par le FPF, car pas inscrite dans les compétitions européennes. Mais comme l'ASM évoluera en Coupe d'Europe la saison prochaine, l'ICFC se penchera sur son dossier au printemps 2015.

Espagne: Real et Barça sereins

En Espagne, il semble que le fair-play financier n'inquiète pas vraiment le Real et le Barça, qui sont les deux clubs ayant le plus de revenus au monde: 518 millions d'euros pour le club merengue, 482 millions pour son rival blaugrana selon le cabinet Deloitte. Sur le papier, pas de risque donc de déséquilibre trop grand entre rentrées et dépenses.

Le cas de l'Atletico Madrid est peut-être plus délicat: le club "colchonero", actuel leader du Championnat d'Espagne et qualifié pour le dernier carré en C1, a réduit son train de vie, mais possède une importante dette auprès du Trésor public, estimée selon la presse espagnole à plusieurs dizaines de millions d'euros. Ce qui pourrait lui valoir de nouvelles difficultés.

Italie: Seul Naples s'en sort bien

Le bon élève reste le Napoli du président Aurelio De Laurentiis, producteur de cinéma avisé. Naples termine avec un bénéfice de 8 M EUR, septième saison positive d'affilée.

Tous les autres grands de la Serie A sont en déficit ou à peine à l'équilibre. L'Inter, qui devrait dépasser les 60 M EUR de perte, risque une sanction, selon la presse italienne.

Double et presque triple championne d'Italie, la Juventus finit encore la saison dans le rouge avec un bilan estimé entre moins 35 et moins 45 M EUR, creusé par l'élimination en poules de Ligue des champions. La "Vieille Dame" pense du coup à vendre son bijou Paul Pogba, arrivé libre et coté à 70 M EUR.

cd-jed-eba/pgr/dla/ig

PLUS:hp