NOUVELLES

Côte d'Ivoire: appel à promulguer le nouveau code minier

28/04/2014 08:55 EDT | Actualisé 28/06/2014 05:12 EDT

Le nouveau code minier en Côte d'Ivoire va attirer de nombreux investisseurs privés, a estimé lundi le patron du groupe Randgold Resources, qui exploite la plus importante mine d'or du pays, appelant à accélérer la promulgation de la loi.

"Le nouveau code minier accélérera l'émergence du pays parmi les grands producteurs d'or", a affirmé à l'AFP Dennis Marc Bristow, PDG de Randgold Resources, également détenteur de 12 permis de recherches dans le pays.

La nouvelle loi votée en février prévoit d'augmenter la durée de validité des permis de recherche, passant "de sept à 10 ans, avec une possibilité de renouvellement exceptionnel de deux ans".

Le texte, qui abrogera l'ancien code minier datant de 1985, privilégie également "l'exonération fiscale et douanière" au cours de la recherche et de l'exploitation. Mais la loi n'a pas encore été promulguée par le président Alassane Ouattara.

Les industries minières s'impatientent et disent attendre le décret d'application du code qui sera "transparent".

"Le décret d'application doit clairement établir le délai de traitement des demandes de permis et qu'on n'ait pas à attendre deux à trois ans avant d'avoir une réponse comme dans le passé", a souligné M. Bristow.

Le PDG de Randgold Resources a relevé que l'épuisement des champs aurifères mondiaux arrivés à maturité avait réorienté des entreprises d'exploitation aurifère vers de nouvelles régions, notamment en Afrique.

Selon lui, "le continent continue de représenter 20% de la production d'or mondiale grâce à la croissance récente des industries d'exploitation de l'or ailleurs sur le continent, particulièrement en Afrique occidentale".

Les autorités ivoiriennes ont pour ambition de faire de la Côte d'Ivoire un pays minier, alors que seuls l'or et le manganèse y sont pour l'heure produits de manière industrielle. L'activité minière ne représente pas plus de 5% du produit intérieur brut.

En 2013, le pays a extrait 12 tonnes d'or, 400.000 tonnes de manganèse et 300.000 carats de diamant extraits de façon artisanale, selon des chiffres figurant dans le projet de loi.

Concernant le diamant, le pays pourrait bénéficier d'une levée d' un embargo de l'ONU qui frappe depuis 2005 l'exploitation de ces pierres précieuses.

Le sous-sol ivoirien contient également du fer, du nickel, de la bauxite et du cuivre.

ck/eak/sd

PLUS:hp