NOUVELLES

Crash de l'avion d'une équipe de hockey russe: les certificats des pilotes étaient faux (presse)

28/04/2014 07:08 EDT | Actualisé 28/06/2014 05:12 EDT

Les pilotes d'un avion Yak-42 dont le crash en 2011 avait fait 44 morts dont les membres d'une célèbre équipe russe de hockey avaient de faux certificats de qualification, affirme lundi par le quotidien Kommersant citant les enquêteurs.

L'attestation professionnelle pour ce type d'appareil du commandant de bord Andreï Solomentsev était fausse, le seul document authentique étant son bilan de santé, selon une source au Comité d'enquête de Russie, principal organe en charge des enquêtes criminelles, citée par Kommersant.

La documentation sur la formation du pilote est notamment fondée sur des entraînements qu'il n'a jamais effectués puisqu'il était au même moment en vol sur des lignes régulières, selon la même source.

Par ailleurs, la compagnie Yak-Service qui exploitait l'appareil n'a jamais analysé les données des appareils enregistreurs après les précédents vols de ces pilotes, en dépit des règles en vigueur.

Or, vérifiés par les experts de l'enquête, ces enregistrements ont témoigné de "graves erreurs" commises par les deux pilotes lors de vols précédents, selon cette source.

Kommersant affirme par ailleurs que l'enquête n'a pas confirmé les précédentes conclusions du Comité intergouvernemental d'aviation (MAK) qui avait affirmé que l'équipage avait "appuyé par erreur sur les freins" pendant le décollage.

Le seul suspect dans cette affaire criminelle est le responsable de la formation des équipages de Yak-Service, selon cette source.

Le crash au décollage du Yak-42, le 7 septembre 2011, avec à bord l'équipe de hockey du Lokomotiv de Iaroslavl (300 km au nord-est de Moscou), trois fois champion de Russie, et dont plusieurs vedettes internationales, avait suscité une vive émotion.

Le Comité d'enquête avait initialement annoncé privilégier deux pistes --un problème technique et une erreur de pilotage-- pour expliquer le crash du Yak-42 vieux de 18 ans, survenu à Iaroslav.

Le président russe de l'époque, Dmitri Medvedev, avait ordonné des vérifications des compagnies et la fermeture de celles paraissant les moins fiables.

ml/lpt/ros

PLUS:hp