NOUVELLES

Bahreïn: un attentat contre la police évité le 19 avril (sécurité)

28/04/2014 03:50 EDT | Actualisé 27/06/2014 05:12 EDT

Une voiture piégée qui avait explosé accidentellement le 19 avril à Bahreïn, tuant deux de ses occupants, était destinée à commettre un attentat contre la police, a affirmé le chef de la sécurité de ce pays du Golfe secoué par un mouvement de contestation chiite.

"La voiture devait servir à transporter une bombe qui devait être posée sur l'avenue Buday (à l'ouest de Manama) pour tuer des policiers", a déclaré le général Tarek Hassan al-Hassan.

Le chef de la sécurité, cité lundi par la presse de Bahreïn, a détaillé les résultats de l'enquête sur cette explosion qui s'était produite dans un village chiite des environs de Manama.

L'explosion avait tué deux de ses occupants et blessé grièvement le troisième, qui était au volant, a-t-il indiqué.

Ces trois personnes ont été identifiées. Elles habitaient des villages chiites et étaient impliquées dans des violences, a encore indiqué le général al-Hassan.

Bahreïn, petit pays du Golfe dirigé par la dynastie sunnite des Al-Khalifa, est secoué depuis février 2011 par un mouvement de contestation animé par la majorité chiite.

Face à la poursuite de ce mouvement, le pouvoir a alourdi l'an dernier les peines pour les auteurs de violences et introduit la peine de mort ou la prison à perpétuité en cas de morts ou de blessés.

Des dizaines de chiites ont été condamnés à de lourdes peines ces derniers mois pour leur implication dans les violences.

Dans le dernier procès, huit chiites ont été condamnés à la prison dimanche après avoir été reconnus coupables d'avoir provoqué en septembre 2013 la mort d'un policier, avec une bombe artisanale, selon des sources judiciaires.

Les formations traditionnelles de l'opposition sont autorisées à organiser des rassemblements, mais les manifestations spontanées quasi-quotidiennes dans les villages chiites entourant Manama prennent souvent une tournure violente.

L'opposition, conduite le puissant mouvement chiite Al-Wefaq, vient d'appeler ses partisans à éviter de recourir à la violence et à s'en tenir à des moyens de contestation pacifiques.

bur/mh/faa

PLUS:hp