NOUVELLES

Turquie: deux soldats turcs enlevés par un commando kurde (médias)

27/04/2014 09:09 EDT | Actualisé 27/06/2014 05:12 EDT

Deux militaires turcs ont été enlevés samedi soir par un commando kurde dans le sud-est de la Turquie, a annoncé dimanche l'agence officielle turque Anatolie.

L'enlèvement survient après la mise en garde lancée par le fondateur du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, illégal), Abdullah Öcalan, actuellement en détention, via un communiqué confié à son avocat, sur la possibilité d'un retour à la violence.

Toutefois, rien ne permet à ce stade d'établir clairement un lien direct entre le commando et le PKK, qui a conclu en mars une trêve avec le gouvernement turc.

Le groupe armé a enlevé les deux soldats turcs après avoir arrêté un autobus près de la ville de Lice (sud-est) sur une route bloquée par des Kurdes qui manifestaient depuis cinq jours contre la construction d'un poste militaire turc à cet endroit, selon l'agence turque.

Selon l'agence de presse Firat News, considérée comme la voix officielle du PKK, le commando aurait indiqué après l'enlèvement qu'il ne libèrerait les deux militaires qu'après l'annonce officielle de l'arrêt de la construction de ce poste militaire.

La manifestation avait dégénéré samedi en affrontements au cours desquels les militaires turcs avaient tiré sur les tentes des manifestants kurdes, sans faire de victimes.

Mis en difficulté par les accusations de corruption qui minent son pouvoir, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a réaffirmé récemment qu'il ferait "tout ce qu'il faut" pour mettre un terme au conflit kurde.

Mais les Kurdes ne s'en contentent pas et pressent Ankara de faire d'autres gestes. Dans son message du Nouvel an kurde, Abdullah Öcalan avait exigé le mois dernier la mise en place rapide d'un "cadre légal" pour relancer les discussions.

Un des chefs militaires du PKK, Murat Karayilan, avait été plus menaçant: "Le processus de paix s'arrêtera si le gouvernement ne prend pas de mesures".

dg/txw/rhl/plh

PLUS:hp