NOUVELLES

NBA - Obama dénonce les propos d'un "ignorant" après le dérapage raciste du propriétaire des LA Clipplers

27/04/2014 03:52 EDT | Actualisé 26/06/2014 05:12 EDT

Barack Obama, premier président noir des Etats-Unis, a dénoncé dimanche les propos d'un homme "ignorant" après le dérapage raciste du propriétaire du club des Los Angeles Clippers (NBA), Donald Sterling.

L'homme d'affaires dont la fortune réalisée dans l'immobilier est estimée à 1,9 milliard de dollars (1,3 milliard d'euros), est visé par une enquête de la NBA pour des déclarations privées mais dont l'enregistrement a été révélé par le site internet TMZ.

"Je ne pense pas que je doive interpréter ces déclarations devant vous. Elles parlent d'elles-mêmes", a déclaré M. Obama en réponse à la question d'un journaliste lors d'une visite officielle en Malaisie.

"Lorsque des personnes ignorantes se vantent de leur ignorance, il n'y a pas grand chose à faire sinon de les laisser parler", a-t-il ajouté en évoquant des propos "incroyablement offensants" et "racistes".

Il a souligné que la ligue professionnelle de basketball américaine, la NBA, comptait de nombreux joueurs noirs. "J'imagine que la NBA va avoir très à coeur de résoudre le cas" de Donald Sterling, a estimé M. Obama, lui-même joueur et fan de basket.

Le locataire de la Maison Blanche en a profité pour indiquer que si les Etats-Unis continuaient de porter en fardeau l'héritage de l'esclavage et de la ségrégation, les choses avaient radicalement changé.

"Nous devons être constants et fermes dans la dénonciation (du racisme), en éduquant nos enfants différemment mais aussi (en étant) encouragés par le fait qu'une partie des raisons pour lesquelles ces déclarations font autant de bruit c'est que les perceptions que nous avons de nous-mêmes (Américains) ont changé", a dit Barack Obama.

Dans la conversation entre un homme qui est présenté comme Donald Sterling et une femme d'une vingtaine d'années identifiée comme V. Stiviano, celui-ci lui reproche d'avoir publié sur son compte Instagram une photo la montrant aux côtés de Magic Johnson, l'ancienne star des Los Angeles Lakers.

"Sur ton Instagram de merde, tu n'as pas à te montrer à côté de noirs", lance-t-il à la jeune femme qui lui objecte qu'elle est elle-même d'origine mexicaine et afro-américaine.

"Tu peux coucher avec (des noirs), tu peux les faire venir chez toi, tu peux faire ce que tu veux avec eux, mais la moindre des choses est de ne pas en faire la publicité et de les amener à mes matches", s'emporte-t-il.

Les joueurs, actuels et anciens, espèrent que la NBA fera preuve de fermeté à l'encontre du plus ancien propriétaire en activité (1981) qui n'en est pas à son premier dérapage, dans le cadre de ses affaires et dans la gestion de son équipe.

col/gab/pt

PLUS:hp