NOUVELLES

Élections en Macédoine: les conservateurs au pouvoir disent avoir gagné

27/04/2014 07:05 EDT | Actualisé 27/06/2014 05:12 EDT

SKOPJE, Macédoine - Les conservateurs au pouvoir en Macédoine ont affirmé avoir remporté une importante victoire, dimanche soir, lors d'élections présidentielle et parlementaires, mais l'opposition de centre-gauche a dénoncé ce qu'elle qualifie d'obstruction dans le processus démocratique par le parti au pouvoir, et annoncé qu'elle ne reconnaîtrait pas les résultats.

Après le dépouillement de près de 92 pour cent des bulletins des élections parlementaires, les conservateurs, au pouvoir depuis 2006, mènent avec 43,2 pour cent des voix, tandis que les sociaux-démocrates recueillent 24,9 pour cent, selon le site Internet de la Commission électorale.

Les partenaires des conservateurs au sein du gouvernement de coalition sortant obtiendraient 13,8 pour cent des votes, tandis que le Parti démocratique des Albanais traîne de la patte avec 5,9pour cent des suffrages exprimés.

Le taux de participation s'établissait à 62,9 pour cent. Pour la présidentielle, toutefois, ce taux chute à 54 pour cent.

Le président sortant Gjorge Ivanov, qui bénéficie du soutien du gouvernement conservateur, dominait avec une récolte de 55,7 pour cent des votes exprimés, tandis que son rival social-démocrate Stevo Pendarovski suivait, avec 38,60 pour cent, après le dépouillement de presque 92 pour cent des bulletins de vote.

Le leader social-démocrate Zoran Zaev a soutenu, peu de temps après la fermeture des bureaux de vote, que le gouvernement conservateur du premier ministre Nikola Gruevski avait injustement utilisé des ressources d'État pour influencer la campagne afin de favoriser sa réélection et celle de son allié politique, le président sortant Gjorge Ivanov.

Il a accusé les conservateurs au pouvoir d'«abus systématique de l'ensemble du système étatique pour les intérêts de leur parti, de pression énorme sur les fonctionnaires, d'intimidation des propriétaires des compagnies privées et de mauvaise utilisation du diffuseur d'État et de la majorité des médias privés». Selon lui, les fonctionnaires ont été menacés de congédiement s'ils ne votaient pas pour les conservateurs.

Ces derniers ont immédiatement rejeté les accusations des sociaux-démocrates, affirmant que «la Macédoine avait eu les élections les plus paisibles et les plus démocratiques de son histoire».

M. Gruevski espère obtenir une majorité nette pour son parti au sein du parlement comptant 123 sièges.

Il y avait des indications selon lesquelles la minorité albanaise avait, comme lors du premier tour, boycotté l'élection présidentielle.

PLUS:pc