NOUVELLES

Le président de l'Autorité palestinienne reconnaît l'ampleur de la Shoah

27/04/2014 05:02 EDT | Actualisé 27/06/2014 05:12 EDT

JÉRUSALEM - Le président palestinien a qualifié dimanche la Shoah de «plus grand crime haineux» de l'histoire moderne, présentant une rare reconnaissance de la souffrance du peuple juif par un dirigeant palestinien, peu de temps avant qu'Israël ne tienne sa commémoration annuel du génocide nazi.

L'annonce de Mahmoud Abbas semblait destinée à influencer l'opinion publique israélienne alors que les négociations de paix sont dans une impasse. Des Israéliens déclarent fréquemment que les Palestiniens ne sont pas sincères dans leur désir de conclure la paix.

Si les commentaires du président de l'Autorité palestinienne sont un pas dans la bonne direction, le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou les a rejetés.

Il a déclaré que les tentatives répétées de M. Abbas pour se réconcilier avec le mouvement islamiste Hamas soulevait des doutes sur les intentions du leader palestinien. Le Hamas, qui a déjà promis de détruire Israël, a remis en question l'existence de la Shoah et a empêché que le sujet soit enseigné dans les écoles de la Bande de Gaza.

Pour M. Abbas, cependant, ce langage de conciliation marquait une forme de percée.

Le déni ou les tentatives de réduire l'ampleur de la Shoah sont répandus dans le monde arabe.

Plusieurs Palestiniens craignent que s'ils reconnaissent ce génocide, cela réduira leurs propres revendications basées sur leurs années de souffrance, y compris l'exode lors de la création d'Israël en 1948, et des décennies d'occupation par l'État israélien.

Selon M. Abbas, la Shoah était l'expression de l'idée de la discrimination et du racisme, et a lié le tout aux souffrances modernes des Palestiniens.

«Le peuple palestinien, qui souffre d'injustice, d'oppression, et qui n'a pas droit à la liberté, sont les premiers à réclamer la levée des injustices et du racisme qui touchent d'autres peuples soumis à de tels crimes», a-t-il dit.

La déclaration du président survient alors que les plus récentes tentatives américaines de mener à la conclusion d'un accord de paix israélo-palestinien étaient sur le point de s'effondrer. Il a pressé Israël de ne pas quitter la table de négociations.

La semaine dernière, Israël a suspendu les négociations en réponse à l'accord de réconciliation des deux groupes palestiniens. Israël et l'Occident considèrent le Hamas comme un mouvement terroriste.

PLUS:pc