NOUVELLES

Lac-Mégantic : les appels entre les services d'urgence et les pompiers de Nantes dévoilés

27/04/2014 05:13 EDT | Actualisé 27/04/2014 05:13 EDT
PC

Radio-Canada a mis la main sur les enregistrements des services d'urgence intervenus lors de l'incendie d'une locomotive de la MMA à Nantes dans la soirée qui a précédé la tragédie de Lac-Mégantic. De nouveaux éléments d'information permettent de mieux comprendre ce qui a mené au drame de l'été dernier.

Les pompiers ont arrêté le moteur de la locomotive, et l'employé de la MMA dépêché sur place n'aurait pas eu les compétences nécessaires pour s'assurer que le convoi était immobilisé de façon sécuritaire.

« 911. Quelle est l'urgence?

- Je suis entre Nantes et Lac-Mégantic, et un train est en train de brûler.

- Un train?

- Oui, un train. Les flammes montent sur le dessus.

- Vous êtes sur la route 161?

- Entre Nantes et Lac-Mégantic. »

— appel 911

23 h 31 : Avec ce premier appel au 911, c'est le début de la séquence des événements menant à la catastrophe de Lac-Mégantic.

« Le train est arrêté, mais les flammes montent au-dessus. Ça en est quasiment épeurant. »

— appel 911

23 h 40 : Alerte générale. Les pompiers de Nantes sont en route.

« Pour les pompiers de Nantes, vous êtes demandés pour un feu de train à Nantes. Ça va être sur la voie ferrée. »

— Répartiteur des urgences aux pompiers de Nantes.

23 h 42 : Les pompiers arrivent sur place et s'affairent immédiatement à éteindre le feu qui s'est déclaré dans la première des cinq locomotives du convoi. Pour y arriver, ils éteignent le moteur. Sans le savoir, ils coupent ainsi l'alimentation des freins à air.

23 h 48 : L'incendie est maîtrisé.

« Ça sortait de la cheminée de l'engin. Les gars ont arrosé avec de la mousse. Mais là, l'engin, le gars vient d'arrêter l'engin. Ça fait que tout est correct. Il ne se passe plus rien. Le feu s'est éteint aussitôt qu'il a arrêté l'engin. »

— Pompiers de Nantes au répartiteur

Qu'un pompier éteigne la locomotive, c'est une pratique normale, dit Patrick Lambert, directeur du service des incendies de Nantes : « Certains des pompiers sont formés en matières dangereuses. On a une certaine connaissance sur comment fermer une locomotive. C'est un arrêt d'urgence qui est sur le côté d'un engin. On apprend ça dans nos formations. »

« Vous marquerez aussi qu'on a rejoint un dirigeant de Montréal Maine and Atlantic pour l'aviser que sa locomotive avait été arrêtée. »

— Pompiers de Nantes au répartiteur

« Peu importe l'opération, avant de quitter [les lieux], on a toujours le responsable, soit le propriétaire ou un représentant, qui va venir nous dire que tout est correct, qui va nous libérer des lieux », dit Patrick Lambert.

Un employé de la MMA s'est effectivement présenté sur place avant que les pompiers ne quittent les lieux, mais cet employé n'était pas apte à sécuriser un train sur une voie ferrée.

« Après l'arrêt de la locomotive par un intervenant quelconque, les freins à air des locomotives se sont relâchés et là, la quantité de freins à main devient insuffisante et on a un train qui part à la dérive », explique Yvan-Martin Lévesque, expert en chemins de fer.

Selon le mandat de perquisition de la Sûreté du Québec, les enquêteurs de Transports Canada ont jugé qu'un nombre insuffisant de freins manuels avaient été appliqués sur le convoi. Ils notent même qu'aucun frein à main n'avait été activé sur les wagons-citernes.

« Notre intervention est terminée. On va mettre tous les véhicules en 10-49. »

— Pompiers de Nantes au répartiteur

Avec le code 10-49, les camions de pompiers retournent à la caserne et ne sont plus disponibles.

24 h 30 : Les pompiers quittent les lieux.

01 h 15 : Le train de la MMA fait son entrée dans le centre-ville de Lac-Mégantic, tuant 47 personnes.

INOLTRE SU HUFFPOST

Explosion à Lac-Mégantic: photos de la Sûreté du Québec