NOUVELLES

Le pape François "fera tout son possible" pour la paix en Ukraine

26/04/2014 06:45 EDT | Actualisé 26/06/2014 05:12 EDT

Le pape François a assuré samedi le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk qu'il ferait "tout son possible" pour la paix en Ukraine.

Alors que les tensions avec la Russie s'accroissent, le pape a déclaré à l'issue de l'audience qu'il a accordée au Premier ministre ukrainien, en lui offrant un stylo: "j'espère qu'avec ce stylo vous écrirez la paix". "Je l'espère aussi", a répondu M. Iatseniouk.

Aussitôt après, le pape a ajouté: "je ferai tout mon possible", selon le pool de journalistes présents à la fin de l'entretien.

L'entretien a duré 18 minutes dans la bibliothèque du pape. Le Premier ministre était accompagné de son ministre des Affaires étrangères, Andreï Dechtchitsa.

La délégation ukrainienne s'est ensuite rendue à l'étage inférieur du palais pontifical pour rencontrer le chef de la diplomatie du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, comme le font toutes les délégations.

Selon le Vatican, ces entrevues, "ont été abordées le rôle spécifique que les Eglises et les organisations religieuses sont appelées à jouer pour favoriser le respect réciproque et la concorde entre toutes les composantes de la société". "Il a été fait allusion à de possibles initiatives à l'avenir de la communauté internationale à ce sujet", a précisé le Vatican.

L'Ukraine fait face à une menace d'intervention russe dans l'est. Elle est partagée entre le patriarcat orthodoxe de Kiev et celui de Moscou, ainsi qu'une Eglise grecque-catholique fidèle au Vatican.

Le Vatican, dont la marge de manoeuvre est très limitée, est accusé par les pro-Russes de faire le jeu de l'Ukraine et par certains Ukrainiens d'être trop conciliant avec le Kremlin.

M. Iatseniouk a offert au pape une photo de la place Maidan au coeur de Kiev la nuit du Nouvel An, en lui disant: "c'est ici que les Ukrainiens ont lutté pour la liberté et leurs droits, des millions de personnes", a-t-il insisté, en montrant la photo au pape.

Le Premier ministre qui devait assister dimanche à la canonisation de Jean XXIII et Jean Paul II, a décidé d'écourter son voyage "en raison de la situation", a annoncé à l'AFP son porte-parole, Olga Lappo.

Lors d'un point de presse avant son retour en Ukraine, M. Iatseniouk a dit avoir demandé au pape de "prier pour (son) pays et pour la paix en Europe".

A propos d'une possible médiation du Vatican, le dirigeant ukrainien a noté qu'"en 1978 l'Eglise (avait) beaucoup agi" au moment du conflit de Beagle quand cette dispute territoriale entre l'Argentine et le Chili risquait de dégénérer. "L'Eglise a alors tout fait pour empêcher une guerre", a indiqué M. Iatseniouk.

Il a aussi rappelé "la crise des Caraïbes (la crise des missiles à Cuba en octobre 1962 entre Etats-Unis et Union soviétique, ndlr) quand le Vatican et le pape (Jean XXIII, ndlr) firent tout pour éviter une guerre nucléaire".

dt-jlv-fka/mle/fw

PLUS:hp