NOUVELLES

Iran: un journal réformateur fermé par la justice

26/04/2014 07:38 EDT | Actualisé 26/06/2014 05:12 EDT

Le quotidien réformateur iranien Ebtekar ("Initiative" en persan) a été fermé sur décision de la justice pour avoir publié des informations mensongères, a rapporté samedi l'agence officielle Irna.

"J'ai été simplement informé que le journal est interdit et pour le moment je n'ai pas d'explications", a déclaré son directeur Mohammad Ali Vakili à Irna.

Selon Irna, le quotidien à faible tirage a été fermé par la justice pour "diffusion de rumeurs et d'informations mensongères".

L'agence de presse iranienne Isna a précisé que le titre d'un article publié jeudi par Ebtekar était à l'origine de sa fermeture. "Le chef de la justice congédie le chef de l'Organisation des prisons", a écrit le journal alors que Gholamhossein Esmaïli a été "promu" au poste de chef du département de la justice de Téhéran, a ajouté Isna.

Mercredi, les médias iraniens avaient affirmé que M. Esmaïli avait été remplacé et promu au sein de l'Autorité judiciaire, une semaine après des violences dans une prison de Téhéran qui ont provoqué la polémique.

Depuis l'élection du président modéré Hassan Rohani en juin 2013, deux quotidiens réformateurs ont été fermés par la justice: Aseman pour avoir publié un article jugé "insultant" envers la loi islamique et Bahar pour avoir publié un article considéré comme "insultant" envers la communauté musulmane chiite.

Enfin, l'hebdomadaire ultraconservateur "9 dey" a été autorisé à paraître le 22 avril après avoir été interdit en mars par la Commission de la surveillance de la presse qui dépend du ministère de la Culture, à cause de ses critiques contre M. Rohani.

M. Rohani, un religieux modéré, a souhaité plus de liberté dans les affaires culturelles et sociales, notamment un allègement de la censure sur les livres.

sgh/tp

PLUS:hp