NOUVELLES

Interpol aux trousses du Canadien Farid Bedjaoui

26/04/2014 05:30 EDT | Actualisé 26/04/2014 05:31 EDT
Radio Canada

L'homme d'affaires Farid Noureddine Bedjaoui, qui détient la citoyenneté algérienne, française et canadienne, est recherché par Interpol pour «associations de malfaiteurs». Il est mis en cause dans l'affaire des pots-de-vin impliquant la compagnie pétrolière Saipem et le groupe public algérien Sonatrach.

C'est à la demande des autorités italiennes que le mandat d'arrêt a été lancé, précise le site de l'organisation internationale de police, qui compte 190 États membres.

Le nom de Farid Bedjaoui, neveu de l'ancien ministre algérien des Affaires étrangères, est également cité dans des allégations de corruption impliquant la firme d'ingénierie montréalaise SNC-Lavalin pour laquelle il agissait à tire de consultant.

L'homme de 44 ans aurait aidé la compagnie québécoise à obtenir des contrats d'une valeur de près de 1 milliard de dollars avec l'entreprise publique algérienne des hydrocarbures, Sonatrach, en échange de pots-de-vin.

SNC-Lavalin avait alors admis que Farid Bedjaoui était lié à certaines entreprises qui avaient des contrats avec ses filiales. «Ces contrats étaient négociés par d'anciens salariés de notre entreprise et, autant que nous sachions, étaient à l'époque des ententes d'affaires ordinaires», avait précisé la porte-parole de SNC-Lavalin Leslie Quinton, en février 2013.

Que reproche-t-on à Farid Bedjaoui?

Les autorités suisses et italiennes soupçonnent le Canadien Farid Bedjaoui d'avoir servi d'intermédiaire dans des paiements suspects de près de 200 millions de dollars provenant de diverses entreprises.

SNC-Lavalin ferait partie du lot, mais également Saipem, une importante compagnie de services pétroliers, filiale du groupe pétrolier italien ENI.

L'Algérie et l'Italie ont lancé un mandat d'arrêt international contre lui. Il est soupçonné de malversations, de corruption et de détournement de biens publics.

INOLTRE SU HUFFPOST

Happy 10th Anniversary, Interpol!