NOUVELLES

Des frappes aériennes des forces syriennes font au moins 6 morts, dont 2 enfants

26/04/2014 04:56 EDT | Actualisé 26/06/2014 05:12 EDT

BEYROUTH - Une bombe artisanale lâchée depuis un hélicoptère gouvernemental a fait six morts, dont deux enfants, dans un bastion rebelle du nord de la Syrie, rapportent des organismes militants.

Les forces du président Bashar el-Assad utilisent ces barils d'explosifs à des fins dévastatrices dans les régions occupées par l'opposition. Ces armes rudimentaires — des barils remplis d'explosifs et de morceaux de métal poussés en bas des hélicoptères — sont très peu précises et ont donc causé beaucoup de morts parmi les civils.

L'opération de samedi a frappé la ville de Sarmeen, dans le nord-ouest de la province d'Idlib. L'Observatoire syrien pour les droits humains, un organisme basé à Londres, affirme que le bilan des décès, établi à six, pourrait augmenter. Un autre groupe militant, les Comités syriens de coordination locale, et l'agence de presse pro-rebelles Shahba ont également rapporté la frappe, mais fournissent un bilan plus élevé.

Une vidéo amateure publiée en ligne montre des corps broyés d'hommes et d'au moins un enfant, au milieu de débris, d'éclaboussures de sang et de pneus en feu. Un homme qui tire un corps des débris demande où est sa tête.

Des militants affirment que l'attaque est survenue durant des affrontements entre les rebelles et les forces pro-gouvernementales dans la région.

Une autre attaque aérienne samedi a frappé la ville de Marea, dans le nord de la Syrie, tuant une veuve et sa fille de sept ans, a affirmé un militant de la ville qui s'exprime sous le nom d'Abu al-Hassan. Le mari de la défunte avait été tué dans des combats il y a deux ans.

Ils avaient également un fils, maintenant âgé de quatre ans, qui se retrouve orphelin.

M. al-Hassan et d'autres porte-paroles affirment que les frappes du gouvernement à l'aide de barils d'explosifs se font de plus en plus fréquentes dans les régions occupées du nord du pays.

PLUS:pc