NOUVELLES

De passage en Asie, Barack Obama tient des propos nuancés sur la Chine

26/04/2014 12:30 EDT | Actualisé 26/06/2014 05:12 EDT

KUALA LUMPUR, Malaisie - Le président des États-Unis, Barack Obama, a poursuivi son voyage en Asie avec une visite en Malaisie, samedi, après s'être arrêté au Japon et en Corée du Sud et avant de se rendre aux Philippines.

Le périple de M. Obama survient alors que les tensions sont fortes dans la région en raison de la Chine, qui se montre de plus en plus agressive dans ses revendications territoriales.

Cela n'a pas empêché le président américain de tenir des propos nuancés sur Pékin depuis le début de son séjour, dans un effort pour à la fois contrer et courtiser le géant asiatique.

L'engagement de la Maison-Blanche envers l'Asie soulève également bien des questions. Afin de rassurer ses partenaires asiatiques, Barack Obama doit signer une entente de sécurité avec les Philippines ouvrant la voie au renforcement de la présence militaire américaine dans l'État insulaire.

À Tokyo, le président a également soutenu qu'un traité obligeant les États-Unis à défendre le Japon s'appliquerait si Pékin décidait de s'approprier un archipel de la mer de Chine orientale géré par le gouvernement japonais mais réclamé par les Chinois.

Il a toutefois tempéré ses propos à quelques reprises afin de ne pas se mettre la Chine à dos. Il a affirmé que les États-Unis ne prendraient le parti d'aucun pays concernant les disputes territoriales et il a répété que son administration ne demandait pas à ses alliés de choisir entre Washington et Pékin.

En conférence de presse dans la capitale japonaise, M. Obama a déclaré que la Chine offrait de belles possibilités sur le plan du commerce, du développement et des discussions sur des sujets communs comme le réchauffement climatique, mais qu'il continuerait à rappeler que tous les pays avaient la responsabilité de faire respecter certaines règles de base pour assurer la paix internationale.

Le gouvernement américain voit les agissements de la Russie en Ukraine et les menaces nucléaires de la Corée du Nord comme des tests permettant d'évaluer la volonté de Pékin de jouer un plus grand rôle dans le maintien de l'ordre mondial.

Barack Obama est le premier président des États-Unis à visiter la Malaisie depuis Lyndon B. Johnson il y a plus de 40 ans. Après avoir été accueilli par la famille royale samedi, il devrait rencontrer le premier ministre malaisien dimanche.

PLUS:pc