NOUVELLES

Angleterre - Chelsea, plomber Liverpool ou lui offrir le titre

26/04/2014 06:07 EDT | Actualisé 26/06/2014 05:12 EDT

Le dauphin Chelsea, qui semble penser avant-tout à la Ligue des champions, se rend dimanche chez le leader Liverpool pour le choc de la 36e journée du championnat d'Angleterre qui peut rapprocher les Reds du sacre ou plomber l'ambiance à Anfield.

Avant la rencontre, cinq points séparent les deux équipes, dessinant assez clairement le premier titre depuis 1990 pour les coéquipiers de Gerrard.

Qu'en sera-t-il dimanche alors que Manchester City, le 3e à six points, s'accroche aussi à son rêve de 2e sacre en trois ans grâce au match supplémentaire qu'il lui reste à jouer ?

Avec huit points d'avance sur les Blues et la perspective d'affronter Crystal Palace puis Newcastle, les Reds n'ont de toutes façons plus trop de soucis à se faire. Une situation qui n'a rien d'illogique pour une équipe toujours invaincue en 2014 et qui reste sur 16 matches d'invincibilité en championnat et 11 victoires de rang. Une 12e, et Liverpool égalerait même sa meilleure série qui date justement de l'année de son dernier titre.

En face, Jose Mourinho, sentant une nouvelle fois que les choses lui échappent, se prépare à aménager dans les grandes largeurs son équipe, à trois jours de sa demi-finale retour de C1 contre l'Atletico (0-0 à l'aller à Madrid).

Touché dans sa chair par les blessures (Cech, Terry, Hazard) et la suspension de Ramires, le Portugais sera d'autant plus enclin à aligner son équipe B qu'il préfère sûrement offrir le titre à son ancien adjoint Brendan Rodgers, plutôt qu'au Chilien de City Manuel Pellegrini.

- 'Rire ou pleurer' -

"Quelle que soit l'équipe de Chelsea en face, elle coûtera plus cher que la nôtre", a pourtant malicieusement rappelé Rodgers. "Les gens parlent de la pression qui pèse sur le leader et disent +vous ne devez pas très bien dormir+. Moi, je n'ai jamais aussi bien dormi!"

Il ne faut pas se forcer beaucoup pour le croire tant son effectif est au complet, avec une paire d'attaquant Suarez-Sturridge qui pèse 50 buts cette saison, dont 30 en autant de titularisations rien que pour l'Uruguayen.

Certes, Chelsea reste à la tête de la meilleure défense du pays. Jamais aussi dangereux que lorsqu'on le croit mourant, le club reste en course pour un doublé retentissant, au moins pour quelques jours encore. Quasi-assurés de jouer dimanche car ils n'auront pas cette possibilité mercredi, Matic, Salah, Lampard, Obi Mikel ou Schwarzer dans le but n'ont de fait rien de faire-valoirs.

Mais les Blues n'ont jusque-là décroché que neuf victoires à Anfield en 70 tentatives. Et Sunderland, la lanterne rouge, vient de gagner à Chelsea (2-1), mettant fin à la longue série d'invincibilité de Mourinho à domicile. Pire, les Blues n'ont pris que 9 points sur 18 possible.

Peu adepte d'un jeu offensif, dans le collimateur des instances disciplinaires après ses dérapages verbaux à répétition, "Mou" a choisi d'attaquer en coulisses.

"Les supporteurs veulent que Chelsea aille à Liverpool pour donner le meilleur de lui-même. Avec quels joueurs? Ça nous regarde, pas vous. Vous verrez bien dimanche", a grogné le Portugais.

"Les supporteurs de Chelsea aimeraient que le club soit respecté comme il le mérite. Ils savent tout ce que Chelsea a fait pour le foot anglais depuis 10 ans. De ce point de vue, c'est le meilleur club du pays: il a gagné la C1, la C3", a-t-il encore proclamé.

"Vous voulez me voir rire ou pleurer? Je ne peux pas dire la vérité parce que je ne me sens pas libre. A chaque fois que je dis quelques chose, il y a des conséquences. Si vous voulez plus de moi en conférence de presse, adressez-vous à la fédération", a-t-il conclu, plus belliqueux que jamais.

C'est rarement bon signe pour l'adversaire.

cd/dla/jcp

PLUS:hp