NOUVELLES

A l'expo annuelle de la NRA, les Américains cherchent l'arme coup de foudre

26/04/2014 12:45 EDT | Actualisé 25/06/2014 05:12 EDT

A 1.000 km de Washington, des dizaines de milliers d'Américains ont convergé ce week-end à l'exposition annuelle de la National Rifle Association (NRA) malgré les polémiques sur la réforme des lois sur les armes, pour se consacrer au plaisir du lèche-vitrine.

Au stand Beretta, Jacci See et son mari Ted, sexagénaires dynamiques, essaient une nouveauté, le Pico, seulement 18 mm de large, idéal pour une femme selon le fabricant (398 dollars). Le segment des pistolets légers, facilement dissimulables, est en forte croissance.

"J'aime bien la taille, c'est bien, mais j'arrive pas à le charger, et du coup ça ne sert pas à grand chose, dit Jacci.

- "Je ne comprends vraiment pas pourquoi ils l'ont fait si lourd", s'étonne Ted, déçu. Le ressort du chargeur est trop rigide.

Les deux s'éloignent. Le couple a conduit six heures depuis Madison, dans le Wisconsin, pour passer trois jours au salon.

"C'est 40.000 mètres carrés de jouets!" dit Ted. "On aime voir les nouveaux produits dont on a vu les publicités toute l'année, pouvoir les toucher".

- "Dans ma profession d'agent immobilier, on doit vraiment être sur la défensive, par exemple quand on organise une heure de portes ouvertes dans une maison à vendre", dit Jacci.

Ted souhaite garder le nombre exact secret, mais le couple possède une vingtaine, peut-être une trentaine d'armes, à la fois pour se protéger, mais aussi pour le tir, leur activité favorite.

- Armes de type militaire -

L'exposition de la NRA, la 143e de son histoire, est pleine d'amateurs d'armes comme Jacci et Ted, venus découvrir les dernières innovations, les nouveaux gadgets. Une immense affiche défiant Michael Bloomberg, l'ancien maire de New York qui a promis un déluge d'argent pour contrer l'influence politique de la NRA, orne le hall de la convention, mais l'excitation des participants se concentre sur les armes, objets d'admiration, de collection, et symboles de "liberté" pour beaucoup.

Ted pointe un stand de silencieux pour fusils, de la marque Advanced Armament Corp (entre 600 et 1.200 dollars pièce). Dans le Wisconsin, ils sont désormais légaux.

Un prototype du CornerShot est exposé plus loin: cette arme futuriste, disponible à la fin de l'été pour les forces de l'ordre, et plus tard pour les particuliers, a sa moitié avant amovible, vers la droite ou la gauche, pour tirer autour de l'angle d'un mur sans s'exposer (on vise grâce à une caméra reliée à un mini écran).

Le même stand propose un fusil à double canon, de la marque Gilboa.

L'Intelligun, fabriqué par Kodiak, suscite aussi la curiosité: ce système s'adapte à tout pistolet pour le rendre "intelligent", c'est-à-dire qu'il reconnaît l'empreinte de son propriétaire ou d'autres utilisateurs autorisés. Cette technologie, qui fait rêver les partisans de lois restrictives, compte néanmoins ses détracteurs.

Mais les vedettes du salon restent les armes de type militaire adaptées pour le commerce. Les fusils automatiques sont interdits à la vente, ils sont donc transformés en semi-automatiques, mais conservent des caractéristiques guerrières comme les viseurs, stabilisateurs, crosses et autres chargeurs de grande capacité de 30 balles.

Le dernier-né de chez Rhino Arms fait gémir de plaisir un amateur, qui bientôt décroche le lourd fusil de son présentoir pour viser. En vente cet automne au prix de 2.850 dollars, l'arme a une partie amovible qui permet de transformer le fusil en fusil de chasse d'un autre calibre, le premier du genre.

"C'est très pratique pour la communauté des trois armes, ceux qui utilisent fusil, fusil de chasse et pistolet, ça fait une arme en moins à porter. C'est un tout en un", explique Lauren Sharp, chez Rhino. "On a déjà une tonne de commandes".

Kyle Moore, ancien gardien de prison dans l'Indiana venu avec son fils de 11 ans, résume ainsi son excitation: "Comme dit ma femme à propos des chaussures, on n'a jamais trop d'armes à feu!"

ico/bdx/mpd

PLUS:hp