NOUVELLES

Ukraine: Merkel dit "sa grande inquiétude" à Poutine au téléphone

25/04/2014 06:06 EDT | Actualisé 25/06/2014 05:12 EDT

La chancelière Angela Merkel a exprimé "sa grande inquiétude" sur la situation en Ukraine, lors d'une conversation téléphonique avec le président russe Vladimir Poutine, a indiqué vendredi le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Seibert.

La chancelière "a exprimé, lors de cette conversation téléphonique, sa grande inquiétude à propos de la situation tendue dans l'est de l'Ukraine et a dit attendre du gouvernement russe qu'il manifeste clairement son approbation de l'accord de Genève et qu'il travaille à sa mise en oeuvre", a dit M. Seibert, lors d'un point presse régulier à Berlin.

"L'évolution dans l'est de l'Ukraine est sérieuse, inquiétante. Ce qui s'est passé depuis Genève est absolument décevant, tout particulièrement du côté russe, nous ne pouvons constater aucun progrès", a déclaré M. Seibert. Du côté ukrainien, le gouvernement "s'est apparemment mis au travail", a-t-il ajouté.

Interrogé sur d'éventuelles nouvelles sanctions à l'encontre de la Russie, qui devaient faire l'objet d'une conférence téléphonique dans la journée entre le président américain Barack Obama et des responsables européens, dont Mme Merkel, M. Seibert n'a rien exclu.

"Des sanctions sont déjà mises en oeuvre, mais on doit regarder les faits. Au cas où rien ne change, il est important d'être prêts à d'autres", tout en cherchant à maintenir le dialogue et à chercher à saisir toute possibilité de solution politique, et en aidant l'Ukraine et ses citoyens, a-t-il déclaré.

"La Russie devrait publiquement clairement montrer qu'elle soutient totalement la déclaration de Genève et devrait exiger des groupes armées pro-russes en Ukraine qu'ils se comportent de façon pacifique et déposent les armes", a continué M. Seibert.

Pour sa part le Kremlin a rendu compte de la conversation en indiquant que les deux dirigeants "avaient échangé leurs opinions sur la situation critique en Ukraine, évoquant la réticence des autorités de Kiev de mettre en oeuvre l'accord de Genève du 17 avril".

L'accord de Genève signé le 17 avril entre les Etats-Unis, l'Union européenne, la Russie et l'Ukraine, prévoit notamment le désarmement des groupes illégaux et l'évacuation des bâtiments occupés, aussi bien de la part des pro-occidentaux à Kiev que des séparatistes dans l'Est. Washington et Moscou s'accusent mutuellement de ne pas faire appliquer l'accord, alors que la tension est montée sur le terrain.

"Vladimir Poutine a vivement condamné les tentatives du gouvernement de Kiev d'utiliser des forces armées contre des civils pacifiques dans le sud est du pays", lors de son entretien avec Merkel, a écrit le Kremlin, dans son communiqué.

"Les deux dirigeants ont également discuté du travail de l'OSCE et de sa mission d'observation en Ukraine", a-t-il ajouté.

"Les dirigeants des deux pays ont souligné la nécessité d'avoir aussi vite que possible des entretiens concernant la sécurité d'approvisionnement et le transit du gaz russe, auxquels prendraient part des représentants de la Russie, de l'Union européenne et de l'Ukraine", continue le Kremlin.

clp/fjb/ia

PLUS:hp