NOUVELLES

Ukraine: les sanctions occidentales à l'encontre de la Russie

25/04/2014 08:50 EDT | Actualisé 16/07/2014 06:16 EDT

Depuis le mois de mars, les Etats-Unis et l'Union européenne ont progressivement renforcé les sanctions contre la Russie et des Ukrainiens prorusses au fur et à mesure de l'aggravation de la crise. Voici le point sur les sanctions occidentales en cours:

- SANCTIONS FINANCIÈRES ET RESTRICTIONS DE VISAS -

Plusieurs dizaines de personnalités russes et ukrainiennes pro-russes sont visées par un gel de leurs avoirs et une interdiction de visas pour voyager dans l'UE.

La liste américaine en comprend plus de 50, dont de hauts responsables russes comme le vice-Premier ministre Dmitri Rogozine, la présidente du Conseil de la Fédération (chambre haute du Parlement) Valentina Matvienko, ou le directeur du géant du pétrole Rosneft, Igor Setchine.

La liste de l'UE compte 72 personnes, dont les principaux chefs des groupes séparatistes de l'est de l'Ukraine.

Le Canada a pour sa part placé 43 Russes et 30 Ukrainiens sur sa liste noire.

- SANCTIONS CONTRE DES ENTITÉS -

Les Etats-Unis sont en pointe en sanctionnant depuis mercredi de grands groupes russes, comme le géant russe des hydrocarbures Rosneft, la banque du géant gazier russe Gazprom, Gazprombank, et la banque publique russe VEB, qui compte le Premier ministre russe Dmitri Medvedev parmi ses dirigeants.

L'UE a également décidé de cibler des "entités, y compris en Russie". Leur liste sera établie d'ici la fin juillet. Jusqu'à maintenant, la liste ne comprenait que deux entités basées en Crimée, région rattachée à la Russie en mars.

- SANCTIONS DIPLOMATIQUES -

Pour protester contre le rattachement de la Crimée à la Russie, les dirigeants occidentaux ont suspendu en mars la participation de la Russie au G8 et annulé le sommet du G8 prévu en juin à Sotchi (Russie).

L'UE a également suspendu les discussions sur une libéralisation de la politique des visas.

Le Japon a suspendu des négociations pour alléger le régime des visas, et renvoyé à plus tard un projet de pourparlers sur un nouvel accord économique d'investissement.

- SANCTIONS D'ORDRE ÉCONOMIQUE -

Les Etats-Unis ont décidé de revoir les conditions d'autorisation à l'exportation en Russie de certains équipements de haute technologie qui pourraient avoir un usage militaire.

Les Européens ont brandi à plusieurs reprises la menace d'adopter des sanctions économiques contre la Russie, mais sans passer à l'acte. Ils s'en sont rapprochés mercredi en annonçant le gel de nouveaux programmes en Russie menés par la Banque d'européenne d'investissement (BEI) et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd).

Le ministre russe de l'Economie, Alexeï Oulioukaev, a prévenu fin juin que de nouvelles sanctions occidentales contre Moscou pourraient avoir des conséquences "graves" sur la croissance russe.

- SANCTIONS MILITAIRES -

Washington a décidé le 3 mars de suspendre sa coopération militaire avec la Russie.

Le 1er avril, les 28 pays de l'Otan ont opté pour une suspension de "la coopération civile et militaire avec la Russie", mais certains programmes, concernant l'Afghanistan ou la lutte contre le trafic de drogue, ne sont pas concernés.

bur-jri/jlb/bir

PLUS:hp