NOUVELLES

Les esclaves sexuelles des Japonais pendant la guerre, violation "monumentale" des droits de l'Homme (Obama)

25/04/2014 06:15 EDT | Actualisé 25/06/2014 05:12 EDT

Le système de prostitution forcée de femmes asiatiques au service des soldats nippons, mis en place par les Japonais pendant la Deuxième guerre mondiale, est une violation "monumentale" des droits de l'Homme, a déclaré vendredi le président américain.

"C'était une violation terrible et monumentale des droits de l'Homme. Ces femmes voyaient leurs droits bafoués d'une façon choquante, même dans un contexte de guerre", a ajoute Barack Obama, en visite en Corée du Sud.

"Elles méritent d'être entendues, elles méritent d'être respectées. Et il doit y avoir un récit exact et clair sur ce qui s'est passé", a-t-il encore dit. "Je pense que le Premier ministre (japonais) (Shinzo) Abe reconnaît cela et que les Japonais savent que le passé doit être envisagé de manière honnête et juste".

Le sujet des "femmes de réconfort" est un motif de graves frictions entre la Corée du Sud et le Japon, pourtant alliés, ce dernier ayant occupé la péninsule de 1910 à 1945.

Séoul et d'autres pays asiatiques, dont notamment la Chine, accusent le Japon de ne pas s'être suffisamment repenti d'avoir enrôlé de force des milliers d'Asiatiques dans les bordels destinés aux soldats japonais, avant et pendant la Deuxième guerre mondiale.

Le Japon a donné à ces esclaves sexuelles le nom de "femmes de réconfort".

D'après la plupart des historiens, jusqu'à 200.000 femmes ont servi dans les bordels de l'armée impériale à l'époque, notamment des Coréennes mais aussi des Chinoises, des Indonésiennes, des Philippines et des Taïwanaises.

Ce sujet pèse depuis lontemps sur les liens entre Séoul et Tokyo, pourtant tous deux alliés des Etats-Unis, qui ont tenté ces derniers mois de réchauffer les liens entre les deux pays.

col-hg/fmp/ia

PLUS:hp