NOUVELLES

Le gardien des Penguins Marc-André Fleury garde le sourire malgré tout

25/04/2014 05:01 EDT | Actualisé 25/06/2014 05:12 EDT

PITTSBURGH, États-Unis - Marc-André Fleury s'est levé, vendredi matin, et il avait un sourire au visage quand il s'est présenté au boulot.

C'est vrai que le gardien des Penguins de Pittsburgh aimerait effacer les cinq dernières minutes du quatrième match de la série contre les Blue Jackets de Columbus, que les Penguins ont perdu en prolongation, mercredi. Il sait par ailleurs que c'est impossible.

Il a donc fait ce qu'il fait toujours après une défaite. Il a regardé la vidéo du match, a passé les jeux-clés en revue avec son entraîneur, et il est passé à autre chose. Se morfondre à ce stade-ci de la saison ne servirait à rien.

Et après tout, la série est quand même égale.

«C'est 2-2, a souligné Fleury. On n'est pas en mauvaise posture. C'est égal.»

Reste que ce n'est pas vraiment comme ça que les Penguins se sentent. Ils étaient à quelques secondes près de prendre une avance de 3-1 dans la série quand Fleury a mal géré une rondelle derrière le filet des siens, ce qui a permis à Brandon Dubinsky d'égaler le score vers la fin du temps réglementaire. Puis, le tir des poignets anodin de Nick Foligno de la ligne bleue a glissé sous le gant de Fleury à 2:49 de la prolongation et Columbus l'a emporté.

Fleury comprend qu'il aurait sans doute dû procéder autrement. Mais il n'y a rien qu'il puisse y faire maintenant.

«Tu te lèves le lendemain, tu souris et tu entres dans le vestiaire», a déclaré le gardien.

Fleury n'était pas le seul à sourire. Quand ils ont commencé la série, les Blue Jackets étaient toujours en quête d'une première victoire en matchs éliminatoires. Maintenant, ils en ont signé deux en une semaine contre une équipe qui est considérée comme une aspirante à la conquête de la coupe Stanley. Et ils l'ont fait chaque fois en effaçant un déficit de deux buts, lors des matchs no 2 et no 4.

Ce n'est pas le scénario qu'on attendait. Il faut dire qu'il y a bien peu de choses qui se passent comme on l'avait prévu, alors que Sidney Crosby et Evgeni Malkin cherchent toujours à inscrire leur premier but des séries, et que des jeunes comme Ryan Johansen, 20 ans, apprennent sur le tas.

«Il y a eu des surprises, a noté l'entraîneur des Blue Jackets Todd Richards. La façon dont la série s'est déroulée, chaque équipe a pris l'avance et trouvé des façons de perdre un match, ou l'autre équipe a trouvé des façons de l'emporter.»

Crosby n'est pas prêt à paniquer, mais il sait qu'il a besoin d'avoir une plus grande influence dans le cours d'un match.

«Nous allons trouver une manière d'être meilleur et de marquer», a-t-il dit.

Le temps commence à manquer.

PLUS:pc