NOUVELLES

Des milliers de Bissau-Guinéens aux obsèques de leur ex-président Kumba Yala

25/04/2014 12:51 EDT | Actualisé 25/06/2014 05:12 EDT

Des milliers de Bissau-Guinéens ont rendu vendredi un dernier hommage à leur ancien président (2000-2003) Kumba Yala, surnommé "Bonnet rouge" en raison de cette coiffe qu'il portait souvent, lors de ses obsèques nationales à Bissau, a constaté un journaliste de l'AFP.

Kumba Yala, qui a dirigé la Guinée-Bissau de 200 à 2003, est décédé le 4 avril à l'âge de 61 ans. Converti il y a quelques années à l'islam, il a eu droit à une cérémonie musulmane à son domicile, mais aussi à une cérémonie rituelle des Balantes, son ethnie, au son des percussions.

Des centaines de membres de son clan, essentiellement des hommes âgés, étaient aussi présents, arborant le bonnet de laine rouge, signe de distinction des initiés balante que portait fièrement M. Yala.

Puis le corps de l'ancien président a été exposé au siège de sa formation, le Parti de la rénovation sociale (PRS), où plusieurs personnes se sont recueillies sur son cercueil.

Recouvert du drapeau bissau-guinéen et entouré de gerbes de fleurs, le cercueil a ensuite été transporté à l'Assemblée nationale, où a été organisée une cérémonie officielle d'adieu en présence des autorités et de sa famille.

Sa dépouille a ensuite pris la direction du cimetière des Héros, dans l'enceinte du siège de l'état-major de l'armée, où l'ex-président a été inhumé au son de 21 coups de canon. Il repose désormais aux côtés de personnalités ayant marqué l'histoire du pays, dont le héros de la lutte pour l'indépendance Amilcar Cabral et un autre ex-président, Malam Bacam Sanha.

"Kumba Yala est parti, mais il a laissé d'autres poursuivre son oeuvre. Je demande à tous nos militants de faire preuve de courage pour surmonter la douleur" de son décès, a déclaré le président du PRS, Alberto Nambeia.

"La mort de Kumba Yala est une grande perte pour notre pays, pour sa famille et le parti qu'il a créé", a affirmé Mme Adiato Djalo Nandigna, une responsable du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC), la première formation du pays.

Nuno Gomes Nabiam, candidat indépendant à l'élection présidentielle qui était soutenu par M. Yala, est apparu ému et n'a pas souhaité s'exprimer à la presse.

aye/cs/stb/jmc

PLUS:hp