Course à la chefferie du PQ: la députée Véronique Hivon accumule des appuis

Publication: Mis à jour:
VERONIQUE HIVON RIGHT TO DIE
Cp

Un groupe de partisans met de la pression sur la députée de Joliette, Véronique Hivon, afin qu’elle se lance dans la course à la chefferie du Parti québécois.

L’instigatrice du groupe, Pascale Sévigny, croit que le leadership de l'ex-ministre déléguée aux Services sociaux permettrait d’apporter le «changement nécessaire» en politique.

«Nous sommes un groupe de citoyens engagés. Certains sont militants au Parti québécois d’autres non. Nous suivions tous par contre depuis quelques années la carrière de Véronique Hivon avec attention», explique Pascale Sévigny, en entrevue avec Le Huffington Post Québec.

«Ça prend du nouveau et du changement en politique et au Parti québécois. Véronique Hivon a les qualités pour incarner ce changement. Elle a un discours constructif et rassembleur. C’est aussi une personne qui aborde la politique de façon différente», dit-elle, précisant qu’elle n’a jamais eu l’occasion de lui parler seule à seule.

La page Facebook pour appuyer la députée de Joliette a été créée de façon spontanée après la défaite du Parti québécois du 7 avril dernier. Cette plateforme permet ainsi de rassembler le plus de partisans possible.

Pascale Sévigny pense également qu’il faut, après Pauline Marois comme première première ministre au Québec, «continuer dans cette voie et avoir encore plus de femmes dans des postes importants». À noter que la partisane n’est pas membre du Parti québécois, et ne fait pas parti, ni de près ni de loin, de l’organisation de Véronique Hivon.

Équipe Hivon

Lors de l’entrée de Pierre Karl Péladeau en politique, plusieurs analystes voyaient déjà l’ancien grand patron de Québécor comme la personne qui allait succéder à Pauline Marois à la tête du Parti québécois. Mais Pascale Sévigny n'en est pas si certaine. «Pierre Karl Péladeau n’est pas quelqu’un, sur le plan des valeurs, qui nous rejoint», dit-elle.

Le 24 avril, Le Devoir rapportait que «le président du Comité national des jeunes du PQ, Frédéric Saint-Jean, s’est vu confier la tâche de convaincre l’ex-ministre déléguée aux Services sociaux de faire le grand saut» dans la prochaine course à la chefferie.

Véronique Hivon n’a pas voulu commenter la démarche de ses partisans, a fait savoir son attaché de presse. Elle considère la nomination comme «prématurée», a-t-il confié.

Jusqu’à maintenant, Pierre Karl Péladeau, Jean-François Lisée, Sylvain Gaudreault, Bernard Drainville et Alexandre Cloutier ont démontré un intérêt à succéder à l’ancienne chef péquiste.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
La soirée électorale de Pauline Marois (7 avril 2014)
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

«Grand examen de conscience à venir» au PQ

Le PQ pas pressé de tenir une course à la chefferie

Hivon doit se lancer dans la course, selon les jeunes péquistes

«Notre défi, c'est de rebâtir le lien de confiance» -Véronique Hivon

Les Québécois accordent une majorité écrasante au Parti libéral