NOUVELLES

Brésil: enquête ministérielle sur un cas "atypique" de vache folle

25/04/2014 11:40 EDT | Actualisé 25/06/2014 05:12 EDT

Le ministère brésilien de l'Agriculture a ouvert une enquête après la détection d'un cas atypique de "vache folle" dans l'Etat du Mato Grosso, dans le centre-ouest du Brésil, l'un des principaux exportateurs de viande bovine du monde, a indiqué vendredi à l'AFP un porte-parole.

Dans un communiqué, le ministère explique que le cas suspect d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), populairement "vache folle", a été détecté lors d'un contrôle de routine dans un abattoir du Mato Grosso, sur un unique bovin élevé en pâturage et qui a été abattu le 19 mars en raison de son âge avancé, 12 ans, et sans symptômes de troubles neurologiques.

"Ce sont les principales caractéristiques d'un cas atypique de ESB, qui se produit de façon sporadique et spontanée, sans rapport avec l'ingestion d'aliments contaminés", souligne le ministère.

Les produits dérivés de ce bovin ne sont pas entrés dans la chaîne alimentaire humaine ou animale, poursuit la source.

En outre, tous les animaux contemporains du cas suspect ont été identifiés individuellement et isolés. Mais la nouvelle inquiète les exportateurs brésiliens, qui pourraient subir des préjudices.

"La nouvelle arrive à un mauvais moment. Les prix de la viande sont en hausse sur le marché international et cela aiderait à compenser le faible cours des autres matières premières. Sans compter que cela peut conduire des partenaires internationaux à suspendre leurs importations du Brésil", a déclaré le président de l'Association du commerce extérieur du Brésil, José Augusto, cité par le quotidien O Globo.

En 2012 et début 2013, près de 10 pays avaient suspendu l'importation de viande de boeuf brésilienne après un cas de vache folle atypique détecté chez un animal mort en 2010 dans le Parana (sud). L'enquête épidémiologique a montré que le décès de l'animal n'avait pas été provoqué par l'ESB.

L'organisation mondiale de la santé animale (OIE), dont le siège est à Paris, avait affirmé à l'époque que le Brésil demeurait dans la catégorie des pays "comportant un risque insignifiant" de développer la maladie sur leur sol.

Les exportations agricoles du Brésil ont battu un nouveau record en 2013, à 101,5 milliards de dollars, et celles de viande de boeuf sont parmi celles ayant le plus augmenté par rapport à 2012 (+24,37%), selon le Centre d'études avancées en économie appliquée (Cepea).

cdo/hdz/plh

PLUS:hp