NOUVELLES

Barack Obama lance un avertissement sévère à la Corée du Nord

25/04/2014 06:16 EDT | Actualisé 25/06/2014 05:12 EDT

SÉOUL, Corée du Sud - Témoignant de leur solidarité face à la Corée du Nord, le président américain Barack Obama et son homologue sud-coréenne Park Geun-hye ont prévenu Pyongyang, vendredi, de sanctions graves si le régime nord-coréen va de l'avant avec un quatrième test nucléaire.

Adoptant un ton encore plus dur que celui de M. Obama, Mme Park a laissé entendre qu'un nouveau test pourrait provoquer une course aux armements nucléaires dans la région et rendre de prochaines négociations nucléaires futiles.

La Corée du Nord n'obtiendra «rien d'autre qu'une isolation encore plus importante» si elle procède à un essai nucléaire, a lancé M. Obama lors d'une conférence de presse conjointe à Séoul. Il a toutefois reconnu que de nouvelles sanctions n'auraient qu'un impact limité sur la Corée du Nord.

«La Corée du Nord est déjà le pays le plus isolé de la planète, et de loin, a-t-il dit. Son peuple souffre terriblement en raison des décisions de ses leaders. Nous n'allons pas trouver de remède magique pour résoudre ce problème du jour au lendemain.»

Malgré cela, il a prévenu qu'il est important d'examiner de nouvelles façons de faire pression sur la Corée du Nord, notamment en appliquant des sanctions qui ont encore «plus de mordant».

Mme Park a ajouté qu'un nouvel essai nucléaire «changerait fondamentalement» le paysage sécuritaire de la région, en plus de provoquer une course aux armements quand les pays se précipiteront pour égaler la capacité nucléaire du Nord. Elle a indiqué qu'une telle situation rendrait futile toute reprise des négociations avec Pyongyang pour l'amener à renoncer à son programme et à ses armes nucléaires.

La présidente sud-coréenne a révélé que son gouvernement estime que la Corée du Nord est «entièrement prête» à procéder à un nouvel essai nucléaire.

«C'est une situation très tendue, a-t-elle dit. La visite du président Obama en Corée du Sud indique très clairement à la Corée du Nord que ses gestes provocateurs ne seront pas tolérés.»

Mme Park a aussi demandé à la Chine, l'allié le plus étroit de la Corée du Nord dans la région, d'utiliser son influence pour empêcher la tenue de cet essai.

M. Obama était arrivé en Corée du Sud vendredi matin. Il a exprimé les condoléances des États-Unis au peuple sud-coréen éprouvé par la tragédie maritime qui a fait quelque 300 morts ou disparus, le 16 avril, lorsqu'un traversier a coulé.

La plupart des victimes du naufrage étaient des étudiants d'une école secondaire de la périphérie de Séoul. Puisque ses filles ont à peu près le même âge que les victimes, le président Obama a dit qu'il parvenait à mesurer la douleur des familles éprouvées.

Onze des membres de l'équipage, dont le capitaine du bateau, ont été arrêtés et risquent de faire face à de graves accusations de négligence.

PLUS:pc