NOUVELLES

Aucun ministre norvégien ne rencontrera le dalaï lama à Oslo

25/04/2014 10:28 EDT | Actualisé 25/06/2014 05:12 EDT

Aucun ministre norvégien ne rencontrera le dalaï lama lors de sa visite à Oslo en mai, a annoncé vendredi la Norvège, une décision controversée motivée par sa volonté de réchauffer ses relations glaciales avec la Chine.

Le chef de la diplomatie Boerge Brende a expliqué ce choix auprès de l'agence norvégienne NTB par "la situation complètement extraordinaire (qui règne) entre la Chine et la Norvège (...) sans contacts politiques réels" depuis plusieurs années.

Après l'attribution en 2010 du prix Nobel de la paix au dissident chinois Liu Xiaobo qu'elles considèrent comme un "criminel", les autorités chinoises ont mis fin à tout contact de haut niveau avec leurs homologues norvégiennes.

Le dalaï lama est attendu du 7 au 9 mai à Oslo, sur l'invitation de groupes de sympathisants de la cause tibétaine, pour célébrer le 25ème anniversaire de son propre prix Nobel. Déjà à l'époque, la récompense avait ulcéré Pékin qui voit en lui un "séparatiste".

Cette semaine, le régime chinois a adressé une nouvelle mise en garde, se disant opposé "à ce que des pays fournissent une plateforme aux activités du dalaï lama qui visent à diviser la Chine".

La visite annoncée du chef spirituel tibétain ne faisait pas les affaires des autorités norvégiennes tiraillées entre leur souhait de sortir les relations bilatérales de l'ornière et la pression de l'opinion publique.

Les atermoiements du gouvernement lui ont valu de vives critiques de la part des commentateurs qui lui ont reproché de laisser la Chine dicter sa politique.

"Un précédent dangereux qui mine le droit de décider soi-même de qui nous souhaitons la visite dans notre propre pays", a réagi vendredi Svein Melby, un expert norvégien en relations internationales. "Réputation internationale affaiblie", a-t-il écrit sur Twitter.

Selon un sondage paru cette semaine dans le tabloïd Verdens Gang (VG), 60% des Norvégiens estimaient que le gouvernement devait rencontrer le dalaï lama et 50% jugaient "lâche" de ne pas le faire par égard pour la Chine.

Malgré le froid diplomatique, les échanges commerciaux entre les deux pays continuent de prospérer et ont atteint un niveau record en 2013.

phy/ts/rhl

PLUS:hp