NOUVELLES

Vu son cours, le soya a toujours la cote chez les agriculteurs canadiens

24/04/2014 05:26 EDT | Actualisé 24/06/2014 05:12 EDT

OTTAWA - Le soya continuera à être la semence de choix des agriculteurs canadiens cette saison, révèle une étude sur les intentions d'ensemencement, réalisée par Statistique Canada.

À l'inverse, la popularité du blé, de l'orge et des grains de maïs continue à glisser, selon les données rendues publiques jeudi par l'agence fédérale.

Le sondage, réalisé au Québec, en Ontario, au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta auprès de 11 500 fermiers entre les 24 et 31 mars, s'intéressait au type de grain, de plante oléagineuse et de culture spéciale ces derniers comptaient semer cette saison.

Les superficies de soya pourraient atteindre un nouveau sommet en 2014, ce qui marquerait une sixième année consécutive de niveaux records.

Ces résultats ne surprennent guère Doug Chorney, président d'une association de producteurs agricoles du Manitoba, la Keystone Agricultural Producers. La valeur du blé, du maïs et de l'orge ayant diminué, il est normal de voir les agriculteurs privilégier d'autres cultures, a-t-il expliqué.

En revanche, le prix du soya est nettement plus intéressant.

«Les gens vont préférer aller vers les cultures dont la rentabilité éventuelle est plus prometteuse», a rappelé M. Chorney.

Les agriculteurs canadiens prévoient ensemencer une superficie record de soya de 5,3 millions d'acres en 2014. Il s'agirait d'une augmentation de 16,5 pour cent par rapport à 2013, peut-on lire dans le rapport de Statistique Canada.

Les producteurs au Québec, en Ontario, au Manitoba et en Saskatchewan ont tous l'intention d'ensemencer à des niveaux records en 2014, en particulier les agriculteurs de l'Ontario, précise l'agence.

Des enquêtes subséquentes menées au cours de l'année fourniront des estimations fondées sur les superficies réelles ensemencées. Les données définitives sur les superficies de 2014 seront diffusées le 4 décembre et pourront faire l'objet de révisions pendant une période de deux ans.

PLUS:pc