NOUVELLES

Plages du débarquement au patrimoine mondial : la France a transmis le dossier à l'Unesco

24/04/2014 03:31 EDT | Actualisé 24/06/2014 05:12 EDT

Les plages du Débarquement allié du 6 juin 1944 ont été inscrites sur la liste indicative française qui a été transmise à l'Unesco, en vue de leur inscription éventuelle au patrimoine mondial, a-t-on appris jeudi auprès du ministère français de la Culture.

Les experts du Comité des biens français du patrimoine mondial avaient recommandé en janvier l'inscription de ces plages sur la liste indicative de la France. La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, a donné un avis favorable. La liste a été transmise le 7 avril à l'Unesco.

Cette inscription constitue une première étape qui permet d'engager l'approfondissement du dossier. Le processus peut prendre plusieurs années.

Le Comité des biens français est un comité d'experts placé auprès des ministres de la Culture et de l'Ecologie, dont la mission est d'accompagner et d'expertiser les dossiers de candidature à l'inscription par l'Unesco sur la liste du patrimoine mondial.

Le soir du 5 juin 1944, la plus grande armada de tous les temps prend la mer depuis la côte méridionale de l'Angleterre, direction la Normandie. A l'aube du "Jour-J", le débarquement commence sur les plages désignées par des noms de code : "Utah" et "Omaha" pour 55.000 Américains, "Gold", "Juno" et "Sword" pour 75.000 Britanniques et Canadiens et une poignée de Français libres.

Au soir du 6 juin, une large brèche a été percée dans le Mur de l'Atlantique, un tournant décisif pour l'issue de la Seconde Guerre mondiale. Le bilan de la bataille de Normandie sera cependant terrible pour les Alliés comme pour les Allemands, mais aussi pour les civils victimes des bombardements. La ville de Saint-Lô sera par exemple détruite à 95%.

Les plages du débarquement sont devenues "des paysages reliques symboles d'un moment décisif de l'histoire de l'Europe et du monde, au milieu du XXe siècle, celui du rétablissement d'une tradition politique et morale en faveur des Droits humains et de la réconciliation", souligne le document transmis à l'Unesco.

La France souhaite faire perdurer la fréquentation touristique des plages du Débarquement, alors que les vétérans sont de moins en moins nombreux.

pcm/BC/kat/sym

PLUS:hp