NOUVELLES

Le parti des Duvalier veut présenter des candidats aux élections en Haïti

24/04/2014 05:52 EDT | Actualisé 24/06/2014 05:12 EDT

PORT-AU-PRINCE, Haïti - Un vieux parti politique fondé sous la dictature des Duvalier a l'intention de présenter des candidats aux élections prévues d'ici la fin de l'année en Haïti, ont annoncé des membres de la formation jeudi.

Friteau Marc, coordonnateur du parti Unité nationale, a déclaré à l'Associated Press que la formation présenterait des candidats «à tous les niveaux» pour les élections législatives et municipales, dont la date n'a pas encore été déterminée.

Le parti a inauguré jeudi, dans le sud-est du pays, le premier d'une série de bureaux. L'ancien dictateur Jean-Claude Duvalier et sa compagne de longue date, Véronique Roy, ont assisté à la cérémonie à Jacmel.

Le parti Unité nationale a été fondé par le père et prédécesseur de Jean-Claude Duvalier, François, mieux connu sous le nom de «Papa Doc», qui avait écrasé la dissidence et interdit les partis d'opposition sous la menace des «tontons macoutes», une milice privée très redoutée. François Duvalier est mort en 1971 et son fils lui a succédé à l'âge de 19 ans, devenant ainsi le plus jeune dirigeant du monde.

«Bébé Doc», aujourd'hui âgé de 62 ans et de santé fragile, a dirigé Haïti sous le titre de «président à vie», jusqu'à un soulèvement populaire qui l'a délogé du pouvoir, en 1986. Depuis son retour surprise au pays en 2011, il fait face à des accusations de violations des droits de la personne et de détournement de fonds durant son règne. Ses avocats affirment qu'il est innocent.

Malgré les accusations criminelles qui le visent, Jean-Claude Duvalier se déplace librement pour rencontrer ses amis et manger dans les restaurants les plus chics du pays. Rien n'indique qu'il ait l'intention de revenir en politique, mais il est parfois accueilli par de fervents partisans qui l'applaudissent et brandissent le drapeau noir et rouge de son parti.

«C'est une insulte et une provocation pour ceux qui se battent pour la justice», a estimé Pierre Espérance, un militant des droits de la personne en Haïti, dont l'organisation suit attentivement le processus judiciaire visant l'ancien dictateur.

Friteau Marc a refusé de commenter les spéculations voulant que le fils adulte de Jean-Claude Duvalier, François Nicolas, soit candidat aux élections.

Le gouvernement haïtien fait face à de fortes pressions internationales pour organiser rapidement les élections, qui accusent un retard de plus de deux ans. Le scrutin vise à pourvoir 20 des 30 sièges du Sénat, les 99 sièges de la Chambre des députés et environ 140 postes municipaux.

Un accord signé plus tôt ce mois-ci par la Chambre des députés propose la date du 26 octobre pour le scrutin, mais l'accord doit encore être approuvé par le Sénat.

PLUS:pc