NOUVELLES

Douze ans après, la prison de Guantanamo en chiffres

24/04/2014 12:45 EDT | Actualisé 23/06/2014 05:12 EDT

Plus de douze ans après l'arrivée des vingt premiers détenus à Guantanamo, le 11 janvier 2002, la prison renferme encore 154 hommes sur les 779 qui y ont été incarcérés au total.

- Ces 154 hommes représentent moins du quart des 680 enfermés au maximum en même temps en 2003. Ils sont originaires d'une vingtaine de pays, dont plus de la moitié du Yémen. Les autres nationalités les plus représentées sont les Afghans, les Algériens et les Saoudiens.

- 76 détenus actuels de Guantanamo ont reçu une "approbation pour transfert" de l'autorité militaire, la quasi-totalité depuis 2010, ce qui signifie qu'ils sont théoriquement libérables. Mais ils demeurent emprisonnés faute d'endroit pour les accueillir.

- Plus de 600 ont été rapatriés ou transférés vers d'autres pays. Selon le Pentagone, environ 25% d'entre eux ont "repris ou sont soupçonnés d'avoir repris une activité terroriste ou de rébellion" depuis leur libération.

- Les transfèrements ont connu une accélération ces derniers mois. Les derniers ont eu lieu vers l'Algérie, l'Arabie Saoudite et le Soudan. Les derniers trois Ouïghours ont été renvoyés en Slovaquie en décembre 2013. Des pourparlers sont en cours ou ont abouti avec l'Uruguay, la Colombie, le Brésil et l'Allemagne pour accueillir certains détenus.

- 45 n'ont pas reçu cette "approbation pour transfert". Ils sont jugés trop dangereux pour être libérés mais ne peuvent pas être traduits en justice faute de preuves. Le cas de trois d'entre eux est en cours de révision devant un "Periodic Review Board", créé par Barack Obama en 2011, dans le cadre de ses efforts de fermer la prison. Une vingtaine d'autres sont au contraire susceptibles d'être renvoyés devant la justice.

- Neuf détenus sont morts, dont le dernier, le Yéménite Adnan Abdul Latif, probablement par suicide en septembre 2012.

- Huit prisonniers ont été jugés et reconnus coupables devant les tribunaux militaires d'exception, depuis leur création en 2006, dont six ont plaidé coupables. Mais la justice fédérale a renversé la condamnation de deux d'entre eux, tandis que des appels ont été déposés dans deux autres cas. Quatre des condamnés ont été transférés vers leur pays d'origine.

Un seul a été renvoyé d'emblée devant un tribunal fédéral, le Tanzanien Ahmed al-Ghailani, qui purge la perpétuité pour avoir participé aux attentats contre des ambassades américaines en Afrique en 1998.

- Six hommes ont été renvoyés devant un tribunal militaire d'exception: le cerveau autoproclamé du 11-Septembre Khaled Cheikh Mohammed et quatre autres accusés suspectés d'avoir organisé les attentats, ainsi que le Saoudien Abd al-Rahim Al-Nachiri, accusé d'être le cerveau de l'attentat contre l'USS Cole en 2000. Ils encourent la peine de mort et auraient été soumis à des mauvais traitements en détention.

chv/bdx/mf

PLUS:hp