NOUVELLES

Charte de la laïcité: les libéraux veulent rassurer les immigrants

24/04/2014 02:11 EDT | Actualisé 24/04/2014 02:11 EDT
PC

Le gouvernement libéral souhaite créer des ponts avec les communautés culturelles pour créer une loi encadrant les accommodements raisonnables, estimant que l'image du Québec été terni dans le monde ces derniers mois.

Lors d'un court point de presse avant le début du caucus libéral jeudi matin, la nouvelle ministre des Relations internationales, Christine St-Pierre, estime qu'elle compte améliorer l'image du Québec, qui a été « assurément » ternie à l'étranger suite au débat sur le projet de charte des valeurs du Parti québécois (PQ).

De son côté, la nouvelle ministre de l'Immigration, Kathleen Weil, a indiqué que le projet de charte du PQ avait créé des inquiétudes au sein de la population, d'après ce qu'elle a constaté. « Des parents étaient inquiets au sujet de leur fille voilée allant à l'université, imaginez! », a-t-elle affirmé, en anglais, en point de presse.

« Nous allons travailler ensemble, avec les communautés, comme nous l'avons fait par le passé (...) nous allons faire une première version du projet qui ne divisera pas les Québécois » — Kathleen Weil, ministre de l'Immigration

Les avis juridiques seront rendus publics, s'ils existent

La nouvelle ministre de la Justice, Stéphanie Vallée a indiqué que le gouvernement allait adopter aussi tôt que possible son propre projet de charte afin d'encadrer les accommodements raisonnables. De plus, elle compte rendre publics les avis juridiques demandés par le gouvernement précédent. « On s'est engagé à les rendre publics, on va les rendre publics, si les avis juridiques sont là évidemment », a-t-elle expliqué.

« La charte sera inspirée par le travail de mon collègue Gilles Ouimet », a-t-elle déclaré, en faisant référence à un rapport produit par le député libéral et ancien bâtonnier du Québec.

Le PLQ s'était basé sur ce rapport en janvier pour faire connaître ses vues dans le dossier des accommodements raisonnables.

Le PLQ avait fait savoir qu'il estimait que les gardiens de prison et les policiers devraient montrer qu'ils font des efforts d'intégration pour pouvoir obtenir un accommodement.

Le parti avait indiqué que la kippa ou le hidjab ne seraient pas interdits, mais le niqab, la burqa ou le tchador le seraient. Les accommodements ne devront pas aller à l'encontre de l'égalité entre les hommes et les femmes. Le PLQ avait aussi indiqué qu'il ne comptait pas retirer le crucifix de l'Assemblée nationale et qu'il lutterait contre l'intégrisme religieux.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le cabinet ministériel de Philippe Couillard