NOUVELLES

Bilinguisme: Ambulance N.-B. doit apporter des correctifs, dit la commissaire

24/04/2014 01:07 EDT | Actualisé 24/06/2014 05:12 EDT

FREDERICTON - La commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick presse le ministère de la Santé d’exiger qu’Ambulance Nouveau-Brunswick (ANB) déploie toujours des équipes d'intervention bilingues.

Katherine d’Entremont a fait cette recommandation, jeudi, à la suite d'une enquête sur une intervention, en septembre 2013, au cours de laquelle les deux ambulanciers dépêchés pour porter secours à un résidant de Dieppe ne parlaient pas français.

La commissaire a fait valoir que de tenter de secourir une personne en ne lui parlant pas dans sa langue peut avoir de «graves conséquences».

Mme d’Entremont a expliqué que le contrat qui lie ANB et le gouvernement du Nouveau-Brunswick comporte une disposition sur le respect de la Loi sur les langues officielles.

Elle a souligné que le Commissariat avait rédigé six rapports d’enquête sur ANB au cours des sept dernières années, et que le ministère de la Santé devait s'assurer de la mise en place de «mesures correctrices».

Dans le rapport de la commissaire, ANB soutient que des ambulanciers bilingues sont généralement disponibles, mais que dans ce cas, l'ambulancier prévu à l'horaire était absent du travail pour des raisons personnelles.

ANB a indiqué qu'il avait été remplacé par un ambulancier unilingue afin d'assurer le service sur ce véhicule.

PLUS:pc