NOUVELLES

Zone euro: le déficit public s'est réduit à 3% du PIB en 2013 (officiel)

23/04/2014 05:05 EDT | Actualisé 22/06/2014 05:12 EDT

La zone euro a ramené son déficit public à 3% du Produit intérieur brut en 2013, selon des données officielles publiées mercredi, mais cet effort de réduction budgétaire masque d'importantes disparités entre la France qui a affiché un déficit de 4,3% et l'Allemagne qui est parvenue à une situation proche de l'équilibre.

Le déficit public de l'ensemble de la zone euro était encore à 3,7% du PIB en 2012 et à 4,1% en 2011. Il s'était établi à 6,2% en 2010, aux prémices de la crise de la zone euro, selon les données publiées par l'office européen des statistiques, Eurostat.

En s'établissant à 3%, le déficit public de la région est conforme aux règles du pacte de stabilité et de croissance, qui encadre le niveau de la dette et des déficits pour les pays de la zone euro.

En revanche, la dette publique a explosé dans les 17 pays composant alors la zone euro, passant de 90,7% du PIB en 2012 à 92,6% à la fin de l'année 2013. Elle est bien au-dessus des critères retenus dans le pacte de stabilité, qui fixe une limite de 60% pour la dette des pays de la zone euro.

Fin 2013, les plus faibles ratios de dette publique ont été relevés en Estonie (10,0%) et au Luxembourg (23,1%). Les taux les plus élevés ont à l'inverse été enregistrés en Grèce (175,1%), en Italie (132,6%), au Portugal (129,0%), en Irlande (123,7%), à Chypre (111,7%) et en Belgique (101,5%).

L'effort de réduction budgétaire a été accompli au sein de la zone euro, grâce à une baisse des dépenses publiques (qui correspondaient à 49,8% du PIB en 2013 contre 51% en 2010) et une augmentation des recettes, à 46,8% du PIB en 2013 contre 44,8% il y a encore trois ans.

Mais la situation est très différente selon les pays de la zone euro: le Luxembourg (+0,1%) a affiché un excédent public en 2013 et l'Allemagne est parvenue à une situation proche de l'équilibre.

Dans le même temps, plusieurs États membres ont affiché un déficit supérieur à 3% du PIB: la Slovénie (14,7%), la Grèce (12,7%), l'Irlande (7,2%), l'Espagne (7,1%), Chypre (5,4%), le Portugal (4,9%) et la France (4,3%), qui est plus que jamais sous pression pour revenir dans les limites européennes.

La deuxième économie de la zone euro doit ramener son déficit sous la barre des 3% en 2015, mais avec un déficit public (Etat, protection sociale, collectivités) supérieur à ses attentes en 2013, cet objectif semble difficilement accessible. Le gouvernement français a longtemps tablé sur un déficit de 4,1% du PIB en 2013.

Après avoir multiplié les échanges avec la Commission européenne, la France a finalement promis de tenir ses engagements vis-à-vis de ses partenaires européens.

Paris va d'ailleurs dévoiler mercredi comment il entend ramener le déficit sous 3% en 2015, en présentant en conseil des ministres le programme de stabilité pour 2015-2017, un exercice de prévisions auquel se soumettent depuis l'an dernier tous les Etats membres de la zone euro.

may/aje/jh

PLUS:hp