NOUVELLES

Sénégal: l'ex-président Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, selon un proche

23/04/2014 01:21 EDT | Actualisé 23/06/2014 05:12 EDT

L'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade qui devait rentrer mercredi à Dakar "est bloqué au Maroc" car les autorités sénégalaises "ne veulent pas" qu'il arrive de jour au Sénégal, a affirmé à l'AFP son porte-parole, Serigne Mbacké Ndiaye.

"Wade est bloqué au Maroc, les autorités ne veulent pas qu'il arrive en plein jour", a déclaré M. Ndiaye alors que l'avion de l'ex-chef de l'Etat en provenance de Paris était attendu à Dakar à 14H00 (locales et GMT). Le porte-parole n'a pas pu préciser quand le chef de l'Etat arriverait.

Aucun responsable gouvernemental n'avait pu être joint par l'AFP à ce sujet mercredi après-midi.

Abdoulaye Wade devait rentrer mercredi à Dakar après deux années passées en France depuis sa défaite à la présidentielle de 2012 pour soutenir son fils Karim Wade. Ce dernier, qui fut aussi un super ministre de son régime, est emprisonné et doit être jugé à partir de juin pour enrichissement illicite présumé.

De nombreux partisans du Parti démocratique sénégalais (PDS), formation d'Abdoulaye et de Karim Wade, se trouvaient le long de la route principale qui conduit à l'aéroport international de Dakar, dont l'accès leur a été interdit par d'importantes forces de la police anti-émeutes, a constaté un journaliste de l'AFP.

Seuls quelques responsables du PDS ont été autorisés à attendre Abdoulaye Wade devant l'aéroport.

L'ancien président sénégalais, âgé de 87 ans et qui a dirigé le Sénégal de 2000 à 2012, avait prévu de tenir un meeting à Dakar, meeting interdit par le préfet de la ville par crainte de "troubles à l'ordre public".

Mais avant de quitter Paris, M. Wade avait demandé à ses partisans de se rassembler comme prévu, affirmant à une radio sénégalaise qu'il ne rentrait pas pour "déstabiliser" le régime de Macky Sall, son ancien Premier ministre qu l'avait battu au second tour de la présidentielle du 25 mars 2012.

Son retour annoncé survient une semaine après la décision d'une cour spéciale de juger à partir de juin son fils Karim, en détention préventive à Dakar depuis un an pour enrichissement illicite présumé pendant le règne de son père.

mrb-stb/cs/aub

PLUS:hp