POLITIQUE

Réglementation des valeurs mobilières: le milieu d'affaires montréalais invite Joe Oliver à reconsidérer le projet

23/04/2014 05:04 EDT | Actualisé 23/06/2014 05:12 EDT
PC

MONTRÉAL - La communauté d'affaires montréalaise a invité mercredi le ministre des Finances, Joe Oliver, à «reconsidérer» le projet fédéral de création d'un organisme national de réglementation des valeurs mobilières.

Au moment de présenter M. Oliver avant sa première allocution au Québec depuis sa nomination il y a un mois, le président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc, a affirmé que les milieux d'affaires étaient profondément préoccupés par tout système — même un système volontaire reposant sur la coopération — qui mettrait en péril la capacité de la province à réglementer les valeurs mobilières et qui coûterait des emplois au secteur financier montréalais.

M. Oliver n'a pas réagi à cette mise en garde pendant son discours, lors duquel il a essentiellement mis en lumière la volonté du fédéral à équilibrer le budget l'an prochain et à venir en aide aux familles en diminuant leurs impôts.

Le ministre avait cependant affirmé à Halifax, la veille, que la mise en place d'un organisme de réglementation des valeurs mobilières constituait une priorité à ses yeux, après s'être consacré pendant des décennies à cette question controversée.

L'automne dernier, l'ancien ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, de même que les gouvernements de l'Ontario et de la Colombie-Britannique ont fait part de leur intention de créer un organisme de réglementation commun.

Les partis politiques québécois se sont opposés au remplacement du système actuel de 13 organismes de réglementation provinciaux et territoriaux. Le projet a été contesté en Cour suprême, qui a jugé que le fédéral ne pouvait pas imposer un système de façon unilatérale.

Par ailleurs, M. Leblanc a également demandé au ministre Oliver, mercredi, de renforcer le capital de risque au Canada en établissant à Montréal un fonds de fonds national de capital de risque.