NOUVELLES

Pendant que le Canadien se repose, les Bruins et les Wings se livrent bataille

23/04/2014 04:39 EDT | Actualisé 23/06/2014 05:12 EDT

DÉTROIT - Même quand les Red Wings de Detroit ont volé le match no 1 aux Bruins à Boston, le défenseur des WIngs Brian Lashoff et ses coéquipiers s'attendaient à ce que la série soit longue et chaudement disputée.

«Nous savions que ça n'allait pas être facile», a-t-il dit.

Ça a été facile pour le Canadien de Montréal — du moins, ils l'ont laissé croire —, qui a balayé le Lightning de Tampa Bay dans l'autre série de la section Atlantique. Tandis que le Canadien se reposera, les Bruins et les Wings pourraient bien se livrer une longue bataille pour mériter le droit de les affronter.

«Je pense que de pouvoir se reposer est bien, mais au bout du compte, nous devons nous occuper de la tâche à accomplir et nous ne pouvons pas vraiment nous en soucier, a indiqué Lashoff. Je ne crois pas que personne ici ne se soucie des autres séries. Nous en avons plein les mains présentement. Si on doit jouer sept matchs, nous sommes prêts.»

Les Bruins mènent la série 2-1 et le quatrième match sera disputé jeudi, au Joe Louis Arena. Après leur victoire de 3-0, les champions en titre dans l'Est se demandent si cette série ne s'annonce pas pour être longue et ardue.

«Pendant les matchs, on ne dose pas nos efforts, a dit l'ailier des Bruins Jerome Iginla. Vous ne pensez pas à la longueur de la série, vous donnez tout ce que vous avez à chaque présence. L'intensité est élevée et les matchs sont plus difficiles qu'en saison régulière, c'est sûr.»

Les Red Wings, reconnus davantage pour leu jeu en finesse, savaient bien qu'ils allaient devoir affronter une équipe très physique. L'entraîneur-chef des Bruins, Claude Julien, a d'ailleurs indiqué que son équipe ne s'excusera pas de jouer ce style.

«À chaque fois que vous atteignez les séries, vous devez vous attendre à gagner chaque pouce. Chaque match est une bataille, surtout contre cette équipe, a admis Lashoff. Nous avons amorcé la série de belle façon et je crois que nous devons maintenant répondre et faire de cette série une série intéressante.»

Les Wings n'ont marqué que deux buts en trois rencontres et leur entraîneur, Mike Babcock, croit que son équipe doit pénétrer davantage le centre de la zone des Bruins afin de se créer plus d'occasions de marquer. C'est assurément plus facile à dire qu'à faire face à des joueurs de la trempe de Patrice Bergeron et Zdeno Chara, mais Babcock ne veut pas s'en servir comme excuse.

«Ce que j'ai demandé à tout le monde au sein de l'équipe, c'est si les Bruins faisaient quoi que ce soit pour les empêcher de jouer leur match. Si c'est le cas, je leur ai dit de trouver une solution. Soyons davantage impliqués.»

De son côté, Julien ne pense pas que l'écart entre ses Bruins et les Wings soit aussi grand que certains experts ne le croient. Et il se rétréciera au fur et à mesure que la série progressera.

Il pourrait devenir minime si le capitaine des Wings, Henrik Zetterberg, est en mesure de revenir au jeu, lui qui a raté deux mois en raison d'une blessure au dos aggravée aux Jeux de Sotchi. Il s'est entraîné avec ses coéquipiers mercredi, mais Babcock a dit qu'il ne faisait que remplacer Pavel Datsyuk, absent pour être au chevet de sa conjointe, qui a donné naissance à leur fille.

Mais même si sa présence dans le prochain match semble peu probable, Zetterberg n'a pas voulu se prononcer.

«La bonne chose est que la décision ne me revient pas, a lancé Zetterberg. Je dois obtenir le feu vert des médecins. Je dois subir toute une batterie de tests.»

PLUS:pc