NOUVELLES

Obama: les îles Senkaku sont couvertes par le traité de sécurité Etats-Unis/Japon

23/04/2014 12:00 EDT | Actualisé 22/06/2014 05:12 EDT

Le président américain Barack Obama a assuré mercredi que les îles Senkaku au coeur d'un différend sino-japonais étaient couvertes par le traité de sécurité entre les Etats-Unis et le Japon, dans une interview à un grand quotidien nippon.

"La politique des Etats-Unis est claire - les îles Senkaku sont administrées par le Japon et entrent donc dans le cadre de l'Article 5 du Traité de coopération et de sécurité conclu entre les Etats-Unis et le Japon", a expliqué M. Obama dans une interview publiée par le Yomiuri Shimbun, le plus grand journal japonais.

Le président américain devait arriver mercredi soir à Tokyo pour une visite d'Etat au Japon allié, première étape d'une tournée asiatique qui l'emmènera en Corée du Sud, en Malaisie et aux Philippines.

Cette position a déjà été énoncée par plusieurs hauts responsables américains, dont le secrétaire à la Défense et le vice-président, mais c'est la première fois que M. Obama lui-même s'exprime aussi clairement sur le sujet.

Situés en mer de Chine orientale à 200 km au nord-est de Taïwan et à 400 km à l'ouest d'Okinawa (sud du Japon), les îlots des Senkaku sont administrés par le Japon mais revendiqués avec force par la Chine sous le nom de Diaoyu. Depuis que Tokyo a nationalisé trois de ces îles en septembre 2012, Pékin envoie régulièrement des navires dans les parages. Le chassé-croisé des navires de garde-côtes des deux pays dans la zone fait craindre un éventuel incident armé entre les deux puissances asiatiques.

Au-delà de l'emplacement stratégique de cet archipel, les fonds marins environnants pourraient renfermer des hydrocarbures.

"J'ai dit aussi au président (chinois) Xi (Jinping) que nos nations avaient intérêt à gérer ces questions maritimes de façon constructive, y compris en mer de Chine orientale", a souligné M. Obama, ajoutant: "Les différends doivent être résolus par le dialogue et la diplomatie, pas par l'intimidation et la coercition."

En novembre dernier, Pékin avait déclenché un tollé en proclamant unilatéralement une Zone aérienne d'identification (ZAI) en mer de Chine orientale, dont le tracé incluait les îles de la discorde. Les Etats-Unis, le Japon et la Corée du Sud avaient vigoureusement protesté puis envoyé dans cet espace des avions sans prévenir la Chine, pour montrer qu'ils faisaient fi de sa demande d'identification préalable.

La visite de M. Obama dans la région est la première depuis cet épisode. A son arrivée à Tokyo mercredi soir, il devait dîner avec le Premier ministre Shinzo Abe. Un sommet américano-japonais est prévu jeudi et M. Obama doit quitter Tokyo vendredi matin pour Séoul.

kh-pn/jlh/mf

PLUS:hp