NOUVELLES

Le pétrole rebondit en Asie, toujours soutenu par l'Ukraine (101,68 USD)

23/04/2014 11:42 EDT | Actualisé 23/06/2014 05:12 EDT

Les cours du pétrole se redressaient jeudi matin en Asie, le marché restant soutenu par les tensions à Ukraine malgré le nouveau gonflement des réserves américaines de brut, qui était de toute façon attendu.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en juin gagnait 24 cents à 101,68 dollars US, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord, échéance juin, prenait 19 cents à 109,30 USD.

"Nous continuons de surveiller les développements en Ukraine, d'autant que la trêve semble fragile", a indiqué Desmond Chua, analyste chez CMC Markets à Singapour.

Après quelques jours d'espoirs d'apaisement nés de la signature d'un compromis international à Genève la semaine dernière, le ton monte à nouveau entre Moscou et les Occidentaux, qui s'accusent mutuellement d'orchestrer les actes de leurs partisans.

Les autorités russes ne cessent de dire les populations ukrainiennes d'origine russe menacées par les nationalistes qui soutiennent le pouvoir pro-occidental en place à Kiev depuis la destitution de Viktor Ianoukovitch.

L'Otan a exprimé sa "préoccupation" après les menaces d'intervention russe en Ukraine, condamnant la "rhétorique enflammée" de Moscou et l'appelant à soutenir la mise en oeuvre de l'accord de Genève.

Le marché pétrolier suit avec attention la crise russo-ukrainienne car la Russie est un des plus gros producteurs de pétrole au monde et le principal fournisseur de gaz à l'Europe.

"Bien que des indicateurs clé sur les économies américaine et européennes vont être publiés, les marchés pétroliers continuent d'être influencés par des facteurs géopolitiques", estime Sanjeev Gupta, responsable de la division Pétrole et gaz en Asie/Pacifique au cabinet de consultants EY.

Les cours ont ainsi vite rebondi, après leur baisse de la veille, causée par une nouvelle hausse des stocks américains de pétrole. Ils atteignent désormais leur plus haut niveau depuis 1931, sur la base de données mensuelles du Département de l'Énergie.

Depuis l'explosion de l'exploitation du pétrole et du gaz de schiste grâce à de nouvelles techniques d'extraction, les États-Unis connaissent un boom de leur production de pétrole.

Mercredi, le baril de "light sweet crude" (WTI) livraison en juin avait cédé 31 cents à 101,44 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord avait fini à 109,11 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en baisse de 16 cents.

str-mba/fmp/abl

PLUS:hp