NOUVELLES

La France sévit contre les djihadistes potentiels

23/04/2014 10:08 EDT | Actualisé 23/06/2014 05:12 EDT

PARIS - La France sévit contre les jeunes qui tentent de se rendre à l'étranger pour joindre les rangs des militants islamistes en Syrie.

Les mesures annoncées mercredi par le ministre de l'Intérieur vont des parents inquiets qui pourront alerter les autorités jusqu'au retrait des passeports des jeunes suspects. Le nom des djihadistes potentiels pourra aussi être inscrit dans une banque de données européenne.

Les jeunes Français seraient plus nombreux que ceux de n'importe quel autre pays européen à partir pour la Syrie, mais le problème — le risque de radicalisation et d'attentats terroristes par les jeunes qui rentrent au pays — touche tout le continent.

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a indiqué cette semaine que 500 jeunes Français se sont rendus en Syrie, soit deux fois plus que ce qui avait été annoncé en janvier. Des jeunes âgés de seulement 15 ans ont quitté pour des camps d'entraînement djihadistes. Certains ont toutefois été repris par leurs parents et ramenés en France, où ils font maintenant l'objet d'accusations.

Paris croit que 300 Français combattent actuellement en Syrie, que 130 autres sont en voie de s'y rendre et que 130 autres sont de retour en France. Environ 25 Français auraient aussi perdu la vie en Syrie.

Les parents inquiets de voir leurs jeunes rejoindre les rangs des insurgés pourront dorénavant informer directement le ministère de l'Intérieur. Les responsables pourront aussi retirer leurs passeports à ceux qu'on soupçonne de vouloir se rendre en Syrie. Les résidants étrangers seront «immédiatement expulsés» si on croit qu'ils ont participé à des activités terroristes.

La France, en collaboration avec ses partenaires européens, prévoit aussi accroître sa surveillance des sites Web djihadistes.

De leur côté, les Pays-Bas indiquent qu'une centaine de Néerlandais se sont rendus combattre aux côtés des djihadistes syriens en 2013, et que dix d'entre eux ont été tués — dont un kamikaze.

Le rapport dévoilé mercredi prévient qu'une trentaine de Néerlandais sont rentrés au pays après avoir combattu en Syrie. Le gouvernement entend adopter des mesures pour freiner les départs vers la Syrie et mieux suivre ceux qui reviennent aux Pays-Bas.

PLUS:pc