NOUVELLES

Interpellation d'opposants au Swaziland en marge d'un procès de presse

23/04/2014 02:50 EDT | Actualisé 23/06/2014 05:12 EDT

La police swazie a interpellé mercredi plusieurs militants de partis d'opposition interdits en marge du procès du rédacteur en chef du magazine politique The Nation et d'un défenseur des droits de l'homme, accusés d'avoir écrit des articles critiquant la justice du royaume.

Le président du Mouvement démocratique uni du peuple (Pudemo) Mario Masuku a été arrêté alors qu'il sortait de la salle d'audience, a constaté une correspondante de l'AFP.

"Un groupe de nos camarades est actuellement en garde à vue. Aucune charge n'a encore été retenue contre eux", a précisé le porte-parole du Pudemo, Themba Mabuza.

Une quinzaine de militants du Congrès de la jeunesse du Swaziland (Swayoco) ont également été arrêtés après avoir manifesté devant le tribunal.

Le groupe bloquait l'accès des fourgons de police au tribunal, pour protester contre le procès du rédacteur en chef du magazine The Nation Bheki Makhubu et de l'avocat Thulani Maseko, auteur de tribunes régulières dans le magazine.

Les deux sont accusés d'outrage au tribunal après la publication en février d'articles mettant en cause le fonctionnement de la justice du Swaziland.

Les articles incriminés critiquaient la détention pendant une semaine d'un inspecteur gouvernemental qui avait stoppé le conducteur d'une voiture officielle conduisant sans les papiers requis. Ils suggéraient que l'arrestation de l'inspecteur représentait un abus d'autorité.

Les médias du Swaziland travaillent sous des règles très strictes qui interdisent de critiquer le roi Mswati III, le dernier monarque absolu d'Afrique, et son gouvernement

str-liu/aub

PLUS:hp