POLITIQUE

Gouvernement Couillard: le PQ et QS déplorent l'absence de parité

23/04/2014 08:54 EDT | Actualisé 23/04/2014 08:54 EDT
Radio-Canada

Les réactions à l'annonce de la composition du nouveau gouvernement à Québec n'ont pas tardé. La porte-parole de Québec solidaire et députée de Gouin, Françoise David, a félicité les nouveaux ministres, mais a déploré l'absence de parité. Seulement neuf femmes siégeront au sein du Conseil des ministres.

« Nous ne pouvons passer sous silence la faible présence des femmes qui représentent moins de 35 % des membres du Conseil des ministres. Lorsqu'on présente aussi peu de femmes candidates dans des comtés gagnables et avec seulement 17 élues, le résultat est malheureusement prévisible », a indiqué Mme David dans un communiqué de presse.

Le Parti Québécois a également souligné sa déception quant à la présence féminine dans le gouvernement libéral. « Il s'agit d'un recul par rapport à l'engagement que le Parti libéral avait pris », a dit Stéphane Bédard, chef parlementaire du PQ après la cérémonie.

La barre est haute, dit Legault

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, a indiqué que la barre sera très haute pour le nouveau ministre des Finances, Carlos Laetao, et pour le ministre de l'Économie, puisque la situation économique de la province demeure précaire. « Est-ce qu'ils auront le courage de faire le virage difficile du contrôle des dépenses? Nous verrons lors du prochain budget. »

À ce sujet, M. Legault croit que la nomination de 27 ministres ne démontre pas la volonté du PLQ à réduire les dépenses. « C'est beaucoup, 27 limousines. M. Couillard aurait dû montrer l'exemple et avoir un conseil plus petit. »

Mais, avant de s'attaquer pleinement aux dossiers économiques, la question émotive entourant la charte de la laïcité devra être réglée rapidement par le premier ministre, affirme M. Legault.

Sur Twitter, le maire de Montréal, Denis Coderre, a bien accueilli la nomination de Robert Poëti comme ministre des Transports.

Le maire de Montréal est heureux que MM. Poëti et Moreau soient nommés à des postes stratégiques pour la grande région métropolitaine. Il s'agit d'un « message clair quant à la reconnaissance du statut de Métropole », indique M. Coderre dans un communiqué de presse.

« On a un cabinet fort et on va voir des développements importants », a déclaré Jean Tremblay, le maire de Saguenay.

Réactions de divers milieux

Par ailleurs, le Conseil du patronat du Québec estime que le nouveau conseil est « diversifié, alliant compétence et pragmatisme ».

Pour sa part, la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ) a félicité le nouveau ministre de l'Éducation, Yves Bolduc. « L'expérience et le savoir-faire de M. Bolduc démontrent l'importance que le premier ministre accord à l'éducation publique », a déclaré la présidente, Josée Bouchard, dans un communiqué de presse.

La FCSQ souhaite que M. Bolduc priorise certains enjeux, tels que la valorisation et l'accessibilité de la formation professionnelle. La fédération souhaite également discuter rapidement du prochain budget, puisque les commissions scolaires doivent adopter leurs propres budgets d'ici le 30 juin.

La nomination de Gaétan Barrette en tant que ministre de la Santé a réjoui l'Association médicale du Québec (AMQ). Mais, l'AMQ ajoute qu'elle suivra « avec vigilance » les réalisations du nouveau gouvernement libéral en matière de santé

L'Union des producteurs agricoles (UPA) du Québec estime que la nomination de Pierre Paradis au ministère de l'Agriculture démontre que le gouvernement compte accorder une place importante à l'agriculture. « Les producteurs agricoles veulent participer à la croissance économique du Québec »,a déclaré Marcel Groleau, le président général de l'UPA.

Le président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) continue de revendiquer un débat sur les finances publiques. « Le nouveau gouvernement libéral devra poser des gestes concrets sur le plan des finances publiques qui viseront à rassembler et éviter de diriger le Québec comme l'a fait Jean Charest, et même Pauline Marois avec son dernier budget », a déclaré le président de la CSN, Jacques Létourneau.

Enfin, la CSN espère que les négociations du secteur public, qui s'amorceront à l'automne, ne seront pas ternies par d'importantes compressions budgétaires.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le cabinet ministériel de Philippe Couillard