NOUVELLES

Dopage: pas de suspension pour Michael Rogers

23/04/2014 06:58 EDT | Actualisé 23/06/2014 05:12 EDT

L'Australien Michael Rogers (Tinkoff), qui a fait l'objet d'un contrôle antidopage positif (clenbutérol) en octobre dernier, a échappé à une suspension après avoir invoqué une contamination alimentaire, a annoncé mercredi l'Union cycliste internationale (UCI).

Après avoir entendu le coureur et les expertises techniques, la fédération internationale a estimé "significative" la probabilité que la présence de clenbutérol soit due à une consommation de viande contaminée en provenance de Chine.

Rogers, 34 ans, ex-triple champion du monde du contre-la-montre, avait été contrôlé positif le 20 octobre dernier à la Japan Cup, au Japon, quelques jours après avoir participé au Tour de Pékin, et suspendu à titre provisoire.

Il a été disqualifié de la Japan Cup mais, "après consultation de l'Agence mondiale antidopage (AMA), aucune sanction supplémentaire ne sera infligée", a précisé mercredi l'UCI.

La fédération internationale a rappelé toutefois que "la présence de clenbutérol dans un échantillon d'urine constitue une violation des règles antidopage".

- Breyne lui aussi "blanchi" -

"Il est reconnu qu'il existe dans certains pays un risque que de la viande contaminée au clenbutérol puisse exister et produire, dans des conditions spécifiques, un échantillon positif chez un athlète. L'AMA a spécifiquement attiré l'attention sur ce problème en Chine et au Mexique", a souligné l'UCI en recommandant aux athlètes "d'éviter la consommation de viande dans ces pays".

Par le passé, des coureurs positifs au clenbutérol ont écopé d'une suspension de deux ans. L'exemple le plus connu est celui de l'Espagnol Alberto Contador, qui a perdu notamment le Tour de France 2010 pour cette raison.

Le jeune belge Jonathan Breyne, 23 ans, qui était dans le même cas que Rogers, a été également "blanchi".

Breyne avait été contrôlé positif au clenbutérol le 4 novembre dernier lors du Tour du Lac Taihu en Chine.

Par le biais d'un communiqué de son avocat transmis à l'agence Belga, le coureur a réagi: "Il a été jugé qu'il n'y avait ni erreur, ni négligence de ma part, et que la quantité minime de substance présente constatée est due à l'ingurgitation de viande contaminée en Chine, comme je l'ai toujours su."

Le Belge, qui a fait une tentative de suicide après l'annonce de son contrôle, se dit satisfait de pouvoir enfin fermer la "page la plus noire" de sa carrière. "J'envisage de reprendre ma place dans le peloton", a ajouté Breyne, membre de l'équipe Josan (3e division).

jm-bnl/jgu

PLUS:hp