NOUVELLES

Des extémistes islamistes sont capturés dans le centre-est du Nigeria

23/04/2014 03:23 EDT | Actualisé 23/06/2014 05:12 EDT

LAGOS, Nigeria - Un «groupe de terroristes» se faisant passant pour des gardiens de troupeaux ont été arrêtés dans l'État de Taraba, dans la section centre-est du Nigéria, ont annoncé les autorités militaires du pays mercredi, au moment où circulent des indications à l'effet que le soulèvement islamiste au pays prend de l'ampleur.

Les plus récentes nouvelles viennent en contradiction avec des affirmations du gouvernement selon lequel les insurgés islamistes ont été contenus dans une section isolée du nord-est du pays.

L'un des détenus a avoué être un membre du réseau terroriste Boko Haram qui opérait à Borno, dans le nord-est du pays, et qui avait été récemment déployé à Taraba, selon une déclaration officielle du major-général Chris Olukolade, un porte-parole du ministère de la Défense.

Les autorités militaires étaient à la recherche de gardiens de troupeaux d'origine peule, accusés en lien avec de récentes attaques qui ont fait des dizaines de victimes dans une région où un conflit entre gardiens de troupeaux semi-nomades, qui sont majoritairement musulmans, et des fermiers à prédominance chrétienne, fait de plus en plus de victimes.

Plutôt, a confié le major-général Olukolade, les autorités militaires ont découvert «un groupe de terroristes se faisant passer pour des gardiens de troupeau» qui ont été mêlés à une bataille au cours de laquelle plusieurs rebelles ont été tués. Il n'a pas précisé à quel moment a eu lieu l'affrontement.

Les affirmations des autorités militaires selon lesquelles les militants islamistes opèrent dans les États centraux du Nigéria coïncident avec une augmentation du nombre d'attaques terroristes, qui s'étendent aussi sur un plus grand territoire géographique. La semaine dernière, une puissante explosion survenue à Abuja, la capitale du Nigeria, a tué 75 personnes et fait 141 blessés. Boko Haram a revendiqué l'attentat.

Quelques heures plus tard, des extrémistes ont kidnappé plus de 250 filles et jeunes femmes d'une école située dans le nord-est du pays, un secteur isolé. Des dizaines d'élèves ont fui, mais environ 230 manquent toujours à l'appel.

Il y a trois semaines, le gouverneur de l'État de Benue, qui longe l'État de Taraba au sud, a affirmé que des soi-disant extrémistes islamistes y étaient responsables d'attaques mortelles de plus en plus nombreuses, imputées à des gardiens de troupeaux d'origine peule.

PLUS:pc